[Entourage #109] L’Argousier

Sophie Sand et Ludivine « Lulu » Vandenbroucke ont le goût pour la poésie de l’étrange, de l’inouï. Celle d’un ordinaire revisité, réinventé, observé, guetté sous un autre angle incertain, abstrait, rêveur et hypnotisant. À notre premier rendez-vous dans leur cabinet des curiosités à l’été 2019, elles nous avaient ouvert le tiroir aux épiphores et l’étagère aux échappées minimalistes et farfelues de leur premier album « Le Vent sous ses Pieds ». Les curieuses comptines lyriques et électroniques du duo lillois se déploient sur scène avec l’assurance de saisir l’auditeur en douceur, en lui offrant un voyage sensoriel et émotionnel particulièrement audacieux et inattendu. Pour indiemusic, Sophie et Lulu témoignent de leurs rencontres artistiques les plus fortes et inspirantes.

crédit : Djavanshir .N

Les hommes-boîtes

On a rencontré les Bruxellois Les hommes-boîtes en janvier dernier, à l’occasion d’un mini tour commun. On les avait invités pour deux dates et ce plateau a super bien fonctionné.
Coups de cœur respectifs, et l’envie de remettre le couvert au plus vite. On aime beaucoup leurs albums (le troisième et dernier, « La copie d’un autre » est sorti en mars dernier sur le label Gnignignignigni), le soin accordé aux sons qu’ils utilisent, la poésie de Carl qui écrit et chante, un côté dépouillé assumé, une grande liberté de narration et quelque chose de la transe en live. On a très envie de jouer à nouveau ensemble, peut-être de collaborer aussi sur certains titres.
On a choisi pour eux leur titre « Autour du lac », extrait de leur deuxième album « La Paroi de ton ventre ».


Marie Klock

On a rencontré Marie lors d’un plateau commun à Rennes, sans avoir trop écouté ce qu’elle faisait au préalable. Quelle ne fut pas la claque qu’on s’est prise à la découvrir sur scène : son intelligence à mélanger textes puissants et acides, humour grinçant, amer, un groove évident, le tout jouant en tout et pour tout sur un clavier ne dépassant pas la somme de 49 euros frise le génie. Ses textes, sa posture sobre mais néanmoins désopilante, son setup minimaliste et son talent à capter les gens nous ont bluffées. On ne fait d’ailleurs pas que rire à l’écouter, certaines chansons peuvent aussi vous faire pleurer. Elle vient de sortir son excellent premier album éponyme chez Les Disques de La Face Cachée. Elle gère également activement et avec brio sa communication visuelle, qu’on retrouve sur les réseaux sociaux, et dont témoigne par exemple ce clip, « La Femme Knacki Balls », hommage croisé à Olivia Ruiz, Gainsbarre et la saucisse industrielle.


Ultra Zook

Ultra Zook, c’est un trio free zouk claviers 8 bits de Clermont-Ferrand, rencontré à plusieurs reprises lors de tournées par Lulu. Une musique riche, tant dans les compositions que les textes philosophiques (« Yapati Yupata »). Les trois musiciens s’autoproduisent, enregistrent leurs albums à la maison, choisissent les lieux les mieux adaptés pour le live, du salon des maisons à des endroits plus atypiques, pour le moins variés. Une belle approche autonome de la musique comme on l’aime.


Amandine Dhée

Amandine est une autrice du Nord, grande amie avec laquelle nous avons collaboré chacune sur deux spectacles distincts, inspirés de ses textes, l’accompagnant en musique au plateau. Son cinquième roman, « À mains nues » (qui succède à « La femme brouillon », essai remarqué évoquant la maternité passée au filtre du féminisme), paru aux éditions La Contre Allée, aborde le thème de la sexualité, du désir et du plaisir féminin, avec finesse, humour, tendresse, intimité et radicalité. Son écriture est gourmande et jubilatoire, sensible, puissante et généreuse. Cette nouvelle parution est pour le moins revigorante.


Reykjavik Counterpoint

Le collectif Reykjavik Counterpoint réunit depuis 2013 des artistes et des musicien.ne.s francophones autour de réalisations inspirées par l’Islande. On les a vu.e.s notamment traduire en lectures, images, dessins et sons le récit du voyage islandais du personnage James van der Bicky. Avec, entre autres, l’illustratrice Marion Vandenbroucke (sœur de Lulu, moitié de L’Argousier), ainsi que David Bultel et Léo Fuster qui composent le groupe RC Duo que nous aimons beaucoup. On aime le côté cadavre exquis dans la construction de ces œuvres, l’aventure qui donne le texte qui donne la lecture qui donne le dessin qui fait la musique, dans ce sens ou d’autres, en somme l’expression qui circule à travers les arts, ce truc transdisciplinaire qu’on a très envie de développer aussi chez L’Argousier. Et puis les dessins de Marion sont magnifiques et la musique du RC Duo nous met en transe !


« Le Vent sous ses Pieds » de L’Argousier est disponible depuis le 7 juin 2019.
Comme Ravage et MASSTØ, L’Argousier est à l’affiche de la 5e édition du Crossroads Festival, du 8 au 11 septembre 2020.


Retrouvez L’Argousier sur :
FacebookInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami