[Sorties] 5 soirées et festivals immanquables en décembre 2021

Aller de l’avant et continuer à soutenir la culture avec passion et détermination a été toujours notre fer de lance. Ce n’est pas en décembre que vous ne verrez relâcher nos efforts. En réponse aux promesses non tenues et à ceux qui font et défont sans consultation le travail de mois, d’année et parfois d’une vie de nombreux artisans indépendants, nous tenions à renouveler notre soutien à l’ensemble des acteurs de terrains qui permettent à la culture de s’exprimer en tout lieu, en toute période de l’année. Éternels optimistes, nous avons sélectionnés cinq rendez-vous musicaux en décembre qui témoignent de l’expression plurielle de la nouvelle scène musicale française et internationale sur notre territoire. Ouvrez grands vos yeux, vos oreilles et votre cœur à ces artistes qui vous attendent en nombre dans les salles et bars de Rennes à Lyon, en passant par Nantes et Angers.

Trans Musicales #43

Du mercredi 1er au dimanche 5 décembre 2021 à Rennes

C’est peu dire que nous nous faisons une joie de retrouver Rennes et ses festivals dans leur format (quasi) habituel cet hiver ! Du premier mercredi du mois jusqu’à dimanche prochain, la 43e édition des Trans Musicales sera placée sous le signe de la création musicale internationale dans ce qu’elle a de plus émergente et passionnante. Avec 32 nationalités représentées, il faudra garder les oreilles en alerte et les corps en mouvement pour se laisser porter, jusque tard dans la nuit (une pensée sincère aux téméraires du Parc Expo qui y traineront jusqu’à 7h du matin les nuits du vendredi et samedi), guidé par les jeux d’ambiances et des couleurs plurielles propres au dépaysement et à l’émerveillement offerts par le festival.

Parmi ces artistes incontournables, on a fléché pour vous les Rennais de Gwendoline (jeudi 2 décembre au Hall 3 du parc Expo), emmené par les frères de bacchanales Pierre et Mickaël pour une shlag wave française grinçante, aussi désabusée que désinhibée. Une heure plus tard, on sera au Hall 8 pour le live de Daði Freyr Pétursson et ses compagnons islandais pour une pop irrésistiblement entraînante, surtout accompagnée de chorégraphies hautes en couleur. Un peu plus tard, on ira bien faire un tour en Californie avec les hippies psychédéliques de Hello Forever au Hall 3 pour profiter des harmonies pop vocales archi enthousiasmantes et chaleureuses du septet de Los Angeles.

Pour les couche-tard, deux concerts inédits vous attendent la nuit du samedi au dimanche : d’une part, la collaboration entre les Strasbourgeois de Cheap House – passés maîtres dans l’expression d’une techno jazz entièrement instrumentale et libérée des machines – et le pape de l’électro française Arnaud Rebotini pour faire danser frénétiquement la foule du Hall 9 jusqu’au petit matin ; d’autre part, la fusion façon DBZ entre deux groupes from BZH épris des seventies des pattes d’eph aux vestes à fleurs brodées, – Komodor from Douarnenez et Moundrag from Paimpol -, pour former Komodrag and the Mounodor, cette incroyable hydre psychédélique à sept esprits connectés au meilleur du revival psychédélique, et pour ça, rendez est pris au Hall 3 !

C’est déjà complet, mais pour les chanceux qui auront réservé leur place, il y a également la création spéciale du tandem pop rockmantique Barbara Rivage, réveillant les fantômes du couple Chichin-Ringer, du 1er au 5 décembre à l’Aire Libre, en première partie de la sensation rap rennaise Lujipeka. Pour finir, citons pêle-mêle quelques autres trouvailles de Jean-Louis Brossard : le heavy rock du trio malgache LohArano vendredi au Hall 3, le disco funk so Chic, so Kool du sextet rennais disco funk Eighty et l’envoûtante siffleuse Molly Lewis le dimanche à l’UBU.


Bars en Trans

Du jeudi 2 au dimanche 5 décembre 2021 à Rennes

14 lieux, 130 groupes, la programmation des Bars en Trans, essentiellement condensée sur les journées et surtout soirées du jeudi 2 au samedi 4 décembre, a de quoi donner le tournis. Pour y voir plus clair (ou moins trouble), voici nos recommandations quotidiennes.

Jeudi 2 décembre, si vous êtes d’attaque à 19h, la pop lo-fi mâtinée de soul et de groove du duo strasbourgeois Laventure vous promet de passer un excellent moment au théâtre du Vieux Saint-Étienne. Vous pourrez y rester ensuite pour Vikken et Franky Gogo pour une night placée sous les signes d’une électro androgyne et militante, ou prendre la direction du Penny Lane Pub pour une soirée 100%, 200% fougue avec Do It Later (teenage punk rock) – réunissant, entre autres, des membres de Totorro et Mermonte -, Clavicule (rock garage) et You Said Strange (rock psyché) qui joueront alors en primeur leur redoutable nouvel album « Thousand Shadows vol.1 » la veille de sa sortie.

Vendredi 3 décembre, il faudra se lever avant midi pour ne pas manquer l’envoûtant duo dream pop lillois The Breakfast Club ainsi que l’élégant songwriter folk amiénois Richard Allen au Théâtre du Vieux Saint-Étienne, dans le cadre des showcases proposés par le Crossroads Festival. En soirée, on ne se fera pas prier pour rendre visite à la Chapelle du Conservatoire à la productrice électronique DeLaurentis qui n’a de cesse de réinventer et enchanter ses compositions cinématographiques. La Parisienne sera accompagnée du Belge Antoine Wielemans pour une échappé solitaire et sereine, en français dans le texte, du chanteur et guitariste de Girls in Hawaii autour de son sublime premier album « Vattetot » et des Brestois de Bantam Lyons, dont le nouvel album « Mardell » nous a totalement bouleversés par sa torpeur fracassante et chavirante.

Quant au samedi 4 décembre, on pourra évidemment vous recommander la soirée (gratuite qui plus est) organisée par Le Chabada, Twin Vertigo, Tigre Noir et October Tone au Ty Anna réunissant trois entités rock angevines : La Houle qui y fêtera la sortie de son album « La Chute » avant la techno punk vénère du duo en survêt Scuffles (on en reparle plus bas) et la post pop mélancolique et sereine de Dogs for Friends. Chaudement recommandée également, la contre-soirée au Marquis de Sade (tout un symbole) avec la post wave intransigeante des Bordelais d’Order89 et la new wave noire des Angoumoisins de PURRS.


Soirée Talitres avec Maxwell Farrington & Le SuperHomard, Thousand et Raoul Vignal

Jeudi 9 décembre 2021 à L’Épicerie Moderne (Feyzin)

Le label Talitres à l’honneur sur la scène de l’Épicerie Moderne, avec trois de ses plus représentants. À commencer par le duo entre le crooner Maxwell Farrington et le musicien Le SuperHomard, à l’origine d’un des albums les plus rafraîchissants de cette année 2021, « Once », sous l’influence amoureuse et référencée des musiques d’Ennio Morricone, de Lee Hazlewood et de Scott Walker. L’alchimie entre les deux artistes fait des merveilles et produit des petits bijoux de pop élégante et aérienne, aux arrangements feutrés. Tout simplement délicieux.

Le génial Thousand, percutant trublion de la chanson française, à l’inspiration étonnante et à l’écriture vive, que certains observateurs n’hésitent pas à comparer à Bashung et à Manset. Ses deux derniers albums « Au Paradis » et « Le Tunnel Végétal » ne cessent de tourner sur la platine de la rédaction d’indiemusic, disques inépuisables et créatifs, activés par une vraie recherche musicale et sonore, et la ferveur d’une écriture libre et pleine d’esprit.

Pour parfaire en beauté, ce brelan gagnant, Raoul Vignal, sera le local de l’étape, et un peu comme à la maison à L’Épicerie Moderne, où il accueillera ses camarades de label. Raoul et Talitres, c’est une belle histoire de fidélité, débutée en 2017 avec un premier album « The Silver Veil » qui portait déjà en lui, toute la générosité et la musicalité de son inspiration folk. 2021 aura été marqué par la sortie de son 3e album, « Years In Marble », une véritable merveille de sensibilité et d’inspiration, à la fois envoûtante, douce et solaire, dont les remarquables compositions risquent de suspendre le temps sur la scène de l’Épicerie Moderne. En somme, voici une soirée parfaite et immanquable pour tout fan de musique pop indé exigeante et sensible.


Scuffles et Johnnie Carwash

Samedi 11 décembre au Joker’s Pub (Angers)

Une release party, c’est toujours mieux à la maison ! Fans de Vilebrequin devant l’Éternel, les techno punks de Scuffles pourraient bien parvenir à leur fin : réconcilier les rockeurs purs et durs avec les amoureux du tuning à l’occasion de la release party de leur second EP « Sur le bitume ». Chants caverneux, synthés cold wave épidermiques, riffs urgents fixés au siège baquet et drums machine lancées à plein régime, il va faire chaud, très chaud dans la fosse du Joker’s Pub !

Pour rafraîchir l’air intérieur sans que ça sente le sapin, les Angevins ont eu l’excellente idée d’inviter le trio garage pop lyonnais Johnnie Carwash pour une formule guitare / basse / batterie détonante et toujours gagnante. Des titres supersoniques mais aussi super chouettes, de quoi passer une excellente soirée à fond les ballons d’anniversaire !


L’Ère de Rien : avant l’ombre et l’indifférence

Samedi 11 décembre à la Barakason (Rezé)

Nous serons forcément au rendez-vous, samedi 11 décembre pour dire adieu à l’un de nos festivals de cœur. L’Ère de Rien tire sa révérence après dix années d’existence et bon nombre de joyeux happenings et une programmation qui nous a fait tant rêver en réunissant à chaque occasion la fine fleur de la nouvelle scène indie pop, rock et rap anglo-saxonne à l’instar de Sports Team, The Magic Gang, Easy Life, Liss, Loyle Carner, Twin Peaks ou encore Nilüfer Yanya, parfois bien avant de les retrouver sur les plus grandes scènes internationales. Intitulée « Avant l’ombre et l’indifférence », cette ultime réunion de famille parrainée par l’Ère de Rien sera aussi l’occasion de dire f**k au Brexit en conviant à la Barakason, trois sensations très en vue outre-Manche : le crew londonien NINE8 Collective mêlant rappeurs, producteurs et artistes visuels, le phénomène rap irlandais Kojaque et le sextet art-punk de Brighton KEG. Côté frenchy, on sera heureux d’y retrouver le Rennais Niteroy dont l’indie pop est gorgée d’une sensualité et d’une mélancolie solaire empruntée à la saudade brésilienne. En ultime clin d’œil taquin au programmateur, on espère malicieusement qu’un remix d’un certain titre phare de Blankass y sera joué par Théo Babar lors de son DJ set.

Partager cet article avec un ami