[Focus] Ceux qu’il ne faut pas manquer au MaMA 2015

Vendredi 16 octobre 2015 (2/2)

Ropoporose (La Boule Noire / 20h10)

Ropoporose repose sur la complicité d’une sœur à la guitare et d’un frère à la batterie (et inversement), tous deux réunis au chant pour nous amener d’aventure en aventure sur les pistes d’un rock fougueux empli de spontanéité. Plein aux as de riffs rafraîchissants et de mélodies enlevées et entêtantes, Ropoporose sème le bonheur à qui veut l’entendre. Une bonne bourrasque rapide comme un courant d’air indie-pop dont on aimerait ressentir les effets plus souvent !

I Me Mine (La Boule Noire / 21h20)

Amoureux du psyché et de la pop 60’s, inspiré par Supertramp, les Beatles et de toute évidence par les Doors, les Toulousains de I Me Mine déclinent leurs hymnes kaléidoscopiques démentiels jusqu’à à l’infini. Sur des titres habités, les trois musiciens grimés et costumés nous échappent dans leur monde parallèle digne de la folie d’un Pays des Merveilles !

crédit : Nöt Pixbynot
crédit : Nöt Pixbynot

Noiserv (Les Trois Baudets / 21h10)

David Santos est un multi-instrumentiste brillant. À travers son alter-ego Noiserv, le chanteur auteur, compositeur et interprète lisbonnais bricole, sans relâche, depuis 2005 des mélodies folktronica subtiles. Enrichies de notes de guitare et de clavier, d’accordéon, de mégaphone et d’harmonica, sa musique émotionnelle et instinctive est bouleversante de poésie.

Nicolas Michaux (Le Backstage By The Mill / 20h45)

Le phrasé et la prose singulières de l’ancien chanteur d’Été 67 ne s’oublient pas. Pas vraiment en solo, le Bruxellois Nicolas Michaux fait parler la poudre magique de ses mots doux déclamés avec une rêverie et un charme sournois. Derrière son apparence ingénue, le Belge n’est rien de moins qu’un génie. À ne pas manquer !

Fragments (Le Backstage By The Mill / 23h05)

Entre post-rock et electronica, la musique du trio rennais Fragments a le bon goût de nous embarquer dans des histoires poétiques et enlevées, entre ciel et terre, entre roche et glace, entre douceur et chaleur. Une musique féerique qui ravive les rêves.

crédit : Jérôme Sevrette
crédit : Jérôme Sevrette

No Money Kids (Théâtre de l’Atalante / 23h20)

Pour marier le blues et l’électronique, les deux gaillards fringants de No Money Kids savent parfaitement s’y prendre ! Deux ans qu’on veille sur ces doux musiciens parisiens, métamorphosés en bêtes de scène sous les feux des projecteurs, pour nous assener des séries de riffs bien sentis mêlés à des kicks électroniques, sous l’impulsion du chant habité de Félix. Le blues n’a pas fini de se réinventer, et c’est tant mieux !

VKNG (Au Petit Moulin / 20h40)

Derrière ses origines barbares, VKNG cache un cœur de douceur pop. Formé autour de l’inséparable duo formé par les talentueux Thomas de Pourquery et Maxime Delpierre, on se laisse emporter par l’élan de générosité et d’envie déployé sur disque comme sur scène par ces deux musiciens habités d’une bonne intention : celle de nous faire danser ! Irrésistiblement addictif.

VKNG


En bref, le MaMA 2015, c’est ça !


Retrouvez le MaMA sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami