[Focus] Ceux qu’il ne faut pas manquer au MaMA 2015

Jeudi 15 octobre 2015 (2/2)

Dad Rocks! (Les Trois Baudets / 20h)

Snævar Njáll Albertsson est un poète au cœur tendre. À travers son projet Dad Rocks!, le talentueux interprète-auteur-compositeur islando-danois distille une pop orchestrale lumineuse et harmonieuse à l’atmosphère végétale. Sa musique est une bulle d’oxygène chaleureuse dans laquelle on aimerait grimper pour mieux profiter du paysage. On en rêve déjà !

In The Canopy (Le Backstage By The Mill / 20h45)

La musique des Parisiens de In The Canopy – maîtres-magiciens d’une (art) pop tribale – est comme un oiseau de nuit, libre et insaisissable, défiant les latitudes et les altitudes pour mieux planer au-dessus de nous. Échafaudée, esthète et emportée, on l’imagine culminer à travers les cimes nuageuses comme un haricot magique que Jack aurait planté dans la terre. In The Canopy défie la pesanteur pour nous emporter et nous envelopper dans ses mélodies chaleureuses et tournoyantes dans lesquelles on se perd sans retenue.

Bombay (Le Bus Palladium / 20h10)

Désormais à trois, les Amstellodamois de Bombay (anciennement Bombay Show Pig) prônent un retour à un indie rock efficace et direct à la sauce Blood Red Shoes. Souvent sans concession, tranchant et saignant, le band hollandais au sang chaud maîtrise incontestablement l’art de faire monter la tension sur des compositions explosives d’ivresse sonique. L’un des concerts-défouloirs du MaMA.

crédit : Nick Helderman
crédit : Nick Helderman

Hein Cooper (Au Petit Moulin / 19h30)

Auteur d’un somptueux premier EP, le troublant Hein Cooper s’inscrit dans la veine des plus talentueux songwriters folk, qui, accompagnés sobrement d’une guitare voire de quelques expérimentations électroniques, parvient à nous donner le grand frisson. Il faut dire que la voix du jeune interprète australien est animée de la plus belle des énergies qui soit : la passion. Proche vocalement de Devon Portielje, leader du désormais incontournable band canadien Half Moon Run, on prédit déjà une très belle destinée à sa musique.

Captain Kid (Théâtre de l’Atalante / 23h20)

Le folk pop de Sébastien Sigault – alias Captain Kid – et son sourire étincelant et charmeur sont bien trompeurs. C’est sur des airs mélancoliques que le compositeur parisien devient l’hôte de ces bois où fleurissent des compositions orchestrales luxuriantes, parfois adoucies par quelques accords de ukulélé. Envoûtant.

Partager cet article avec un ami