[LP] VKNG – Illumination

Un album radicalement addictif et puissant, qui restera longtemps dans les annales de la musique pop francophone, et bien plus encore ; VKNG frappe fort et invoque les dieux de l’art pour un sabbat totalement incontrôlable et jouissif.

VKNG - Illumination

Au départ, la rencontre inespérée (mais secrètement désirée) de deux musiciens que, finalement, rien n’oppose : Maxime Delpierre, producteur et guitariste de génie, dont les pérégrinations avec Limousine demeurent parmi les plus passionnantes de ces dernières années ; et Thomas de Pourquery, révélation jazz 2014 aux Victoires de la Musique et dont le timbre, ici largement mis en valeur, suffit à prouver le talent, que ce soit vocalement ou, sur d’autres créations, musicalement. De la collision de ces deux mondes naît VKNG, projet osé mais qui, avec « Illumination », devient immédiatement incontournable. En effet, on assiste ici à la rencontre de genres toujours pointilleux et dansants, complexes et intrigants, dans un maelström sonore maîtrisé à la perfection pour ce qui apparaît aussitôt comme l’un des meilleurs disques de l’année. Pari risqué donc, mais gagné haut la main.

Car, au-delà de la simple évidence que la musique noire américaine va se retrouver, au fil des chansons, totalement bouleversée, absorbée et réinterprétée (comme le prouve le single éponyme qui présente le LP), VKNG apporte une touche toute personnelle à ses compositions ; si bien que l’on reconnaît certains genres, mais surtout que l’on comprend immédiatement qu’une expression propre au duo et inimitable se met petit-à-petit en place. Cherchant leur inspiration dans la pop anglaise (Killing in the Name of God) ou le disco le plus radical (Mary), les deux compères n’ont qu’une idée en tête : élaborer des pistes immédiates et accrocheuses, tout en gardant à l’esprit qu’il faut un maximum de transpiration et d’idées créatrices pour y parvenir. Et cette maturité s’entend de manière exponentielle, que ce soit au travers de l’intro de « Don’t Stop », sobre et profonde, ou dans les mélopées à deux voix de « Girls Don’t Cry ». Illumination est alors amené à devenir une pierre angulaire de la musique française actuelle, un raz-de-marée que rien ne laissait présager.

A travers les sublimes « We Are the Ocean » et « The Price », VKNG achève de prouver qu’aucun doute n’est permis sur ses capacités mélodiques : une valse électronique bientôt envolée et qui ne dénaturerait pas au milieu d’un dancefloor immédiatement frénétique et progressif, au moyen d’harmonies toutes plus mémorables et impressionnantes les unes que les autres. Dissimulant sa force au sein d’introductions suaves et simplement belles, l’entité se meut en divinité, touchant les cieux et provoquant au sein des nuages un tumulte qui engendrerait la plus bienfaitrice des pluies au-dessus de n’importe quelle zone aride (More). Les pores de notre peau s’emplissent bientôt de sueur, débordent et s’électrisent ; on ne peut plus souffler une seule seconde. On inspire et expire vite, mais rien n’est important ; seule compte la fascination éprouvée devant ce chef-d’œuvre imprévisible et hypnotique. Et même lorsque retentit le titre caché « Golden Boy », chanson aussi nue que magique, on sait avec certitude que l’on est en train de vivre une expérience intemporelle et qui demeurera longtemps parmi les plus intéressantes du moment.

VKNG

VKNG, en ne laissant rien au hasard, livre avec « Illumination » un classique en puissance ; on attend la suite avec une impatience croissante !

« Illumination » de VKNG est disponible depuis le 2 octobre 2015 chez Naïve.


Retrouvez VKNG sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami