Tame Impala, en attendant Lonerism

Tame Impala, c’est un groupe de rock psychéindépendant, un quelque chose entre Supertramp, John Lennon et même un peu de ce bon vieux Hendrix.
Leur premier album « InnerSpeaker », sorti en 2010 chez Modular nous en faisait une brillante démonstration en cinquante minutes.

« I Don’t Really Mind » est l’un des meilleurs titres de ce LP, à la fois très classique et complètement déstructuré. Peut-être est-ce là ma définition du mot psychédélique.

Écoutez, fermez les yeux. Nous sommes à la fin des années 60 où un air de jeunesse rebelle et un courant de liberté hippie se manifestent. Débarrassons-nous du système, partons, et ne nous arrêtons jamais !

Malheureusement, 50 minutes, ça reste court ! Quelques singles sont sortis après ce premier album, mais on avait bien envie de continuer le voyage, alors que nous en étions restés là !

Tame Impla nous prépare enfin à repartir après deux ans d’absence, en nous dévoilant « Elephants » et « Apocalypse Dreams », deux chansons tirées de « Lonerism », leur prochain album qui sortira le 25 octobre en France. (Et même que la pochette de « Apocalypse Dream », c’est le jardin du Luxembourg, et ça, c’est classe !).


C’est toujours aussi efficace, groovy et rafraîchissant, comme un souvenir de vacances.

Cependant, attention à l’essoufflement ! C’est d’ailleurs pour cela que j’attends avec impatience les onze autres chansons qui composeront l’album.
Mais une première question subsiste dans mon esprit, pourquoi changeraient-ils une recette qui fonctionne ?

La réponse au 25 octobre…

tameimpala.com
facebook.com/tameimpala

Partager cet article avec un ami