[LP] Talma Suns – Wide-Eyed

Nouveau projet pour les ex-Kim Novak et nouvelle formule, au-delà de ce à quoi les Caennais nous avait habitués sur leurs efforts précédents. Avec « Wide-Eyed », Talma Suns se donne le temps de laisser ses compositions s’aérer et prendre leur envol, dépouillant l’instrumentation au profit de l’émotion et d’un langage à la fois apaisé et relaxant. Une belle aventure qui ne fait que commencer !

crédit : Frédéric Hamet

Annoncé par la superbe « For You », longue ballade de huit minutes où la voix dialogue avec une basse calme et sereine avant que la guitare, couplée à un synthé discret mais essentiel, ne se mêle à la plénitude, le premier album de Talma Suns surprend. D’une part, parce que les anciens Kim Novak apparaissent plus matures et sûrs d’eux, allant jusqu’à déposer les armes le temps d’un « Wide-Eyed » (qui pourrait correspondre à nos yeux écarquillés devant ce changement d’orientation) où l’introspection et la contemplation sont reines. D’autre part, car le projet prend le risque de reposer son art sur de nouvelles bases, déstructurant ses propres connaissances pour mieux en épouser la sève folk et pop. Un bond en arrière (ou en avant, selon le point de vue duquel on se place) qui n’a rien de négatif, flirtant parfois avec le psychédélique, mais offrant des moments d’intensité mélodique remarquables.

Ce que « Wide-Eyed » déploie au fil de neuf pistes à la fois sages et enflammées, c’est bel et bien une capacité de repos à l’écoute de ces mélopées parfois nonchalantes mais toujours marquantes. De l’introductif « Marianne » où le chant monte dans les aigus pour mieux épouser les contours d’un rock lent et brut, aux formes sensuelles de « Burning Heart », le trio semble devoir puiser dans la pop une saveur toute particulière qui lui permet d’assaisonner ses harmonies en toute confiance. « Trouble » se fait plus agressif, mais toujours dans le domaine du raisonnable, suspendant son impact en ne libérant jamais l’animal qui sommeille dans des accords sauvages et plaqués avec fougue, de même que « Better Days » résonne dans nos esprits en les captivant à travers des sonorités presque shoegaze. Variant les styles tout en y trouvant le sien propre, Talma Suns s’affirme dans la nudité d’arrangements secs et immédiats (« Trouble »), dans des pauses musicales dénudées et émouvantes (le superbe « The Line ») ou en lâchant la bride sur « The Only Way » et ses six cordes transcendantes et le final « Tonight », excitation imprévisible mais ouvrant l’opus à de futurs concerts pendant lesquels les apparences actuelles vont certainement nous sembler bien trompeuses.

Grâce à tous ces moments de plaisir et de sérénité, « Wide-Eyed » demeure, tout au long de son écoute, un disque à part et nous permettant, l’espace de quelques minutes, de poser nos bagages quotidiens trop encombrants pour pénétrer dans une pièce confortable, à peine éclairée, où les chansons sonnent et provoquent l’extase. S’armant d’idées créatrices inédites et parfaitement assimilées, Talma Suns prouve qu’il est toujours possible de relire ses propres intentions, afin de mieux les dépasser. Encore un phénomène inclassable et précieux offert par les décidément attachants et incomparables Kütu Records, à savourer avec lenteur et sans modération.

crédit : Frédéric Hamet

« Wide-Eyed » de Talma Suns, sortie le 7 avril 2017 chez Kütu Records.


Retrouvez Talma Suns sur :
FacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami