[Sorties] 5 soirées immanquables en mars 2019

Depuis janvier, nous sélections avec soin, pour vous, cinq soirées parmi les centaines d’invitations et de sollicitations que nous recevons chaque mois, en ayant à cœur de souligner la diversité des musiques explorées, allant de la pop la plus aérienne au rock le plus abrasif, en passant par le dub et l’électronique sous toutes ses formes. Bonne découverte de notre florilège des plus belles soirées de ce mois de mars 2019.

Article écrit par Fred Lombard et Laurent Thore

Endless Dive et Camera au Joker’s Pub (Angers)

Mardi 5 mars

On commence très fort notre sélection de mars avec une réjouissante soirée consacrée au rock instrumental qui se tient demain, mardi 5 mars, au Jokers’s Pub d’Angers. Et quelle programmation ! D’un côté, Endless Dive, quartet post-rock belge auteur d’un fascinant premier album « Falltime » en tout début d’année partagé entre montées atmosphériques et charges héroïques. De l’autre, Camera, monument bien vivant du krautrock berlinois (depuis 1990 selon la légende), qui comme les murs de sa ville tend à briser les frontières entre les genres, évoluant entre punk et expérimentations bruitiste. En bref, une soirée inédite (et donc forcément incontournable) pour les plus aventureux d’entre nous !


I Me Mine, Fanel et Line au Metronum (Toulouse)

Jeudi 7 mars

Dans le cadre de ses « Jeudis du Rock », le Metronum de Toulouse réunit sur scène trois talents « pop » locaux bien connus et appréciés par notre rédaction. I Me Mine, tout d’abord, princes d’une pop psychédélique élégante, moderne et hypercréative. Leur extraordinaire second album « Ellipsis », chroniqué dans nos colonnes, en est la preuve irréfutable. On adore également la chanteuse Fanel et sa pop électronique aux doux parfums d’orient exaltés. Après la sortie du magnifique EP « You and I », son 1er album « Human » attendu pour ce début d’année devrait poursuivre ce voyage initiatique entre la France et le Japon. Embarquement avancé ce jeudi donc ! La programmation de cette soirée ne serait en tout point parfaite sans la présence de Line, impressionnant sextuor toulousain dont la pop aérienne s’exprime avec une douceur et une virtuosité saisissante sur disque et sur scène, fourmillant d’incursions électroniques et de rythmiques galvanisantes. Une affiche parfaite pour une soirée mémorable.


Kitchies, Caesaria et Toukan Toükan au Supersonic (Paris)

Vendredi 15 mars

La pop est souvent multifacette comme l’atteste la programmation du Supersonic le 15 mars prochain. Elle sera solaire et légère avec les beach boys de Kitchies, meilleurs ambassadeurs de la French Riviera avec leur rafraîchissant EP, « Tropical Sunset » sorti l’année dernière. Électrique et sous tension rock avec les fougueux garçons de Caesaria et leur puissant EP « We Are Caesaria ». Exotique et imprévisible avec le duo récréatif Toukan Toukän, lauréat du FAIR 2019. Une soirée à prix libre, qui plus est, pour offrir chacun l’occasion de découvrir les sensations pop de demain.


Zenzile et Agrougroum à La Puce à L’Oreille (Riom)

Vendredi 22 mars

Zenzile est assurément un des piliers de la scène indé française depuis de nombreuses années : un modèle de persévérance et une flamme créative qui ne s’est jamais éteinte sur scène comme en studio, avec des albums racés et inspirés. Sur leur dernier disque « Zenzile Meets JayRee », ils ont mis en œuvre un véritable retour aux sources de leurs racines dub. Une raison de plus, pour ne pas manquer ce qui s’annonce comme une tournée événement (Dub Unlimited), et qui n’a rien de nostalgique. En compagnie des locaux très agités d’Agrougroum, les Angevins vont faire monter très haut la température de la Puce à l’Oreille et de tous leurs fans auvergnats, à grand renfort de skanks, de drops et de basses.


J.C. Satàn et Luje au 109 (Montluçon)

Vendredi 22 mars

En qualité de machine à tordre le rock’n’roll dans tous les sens, un concert de J.C. Satàn s’annonce toujours comme une expérience sidérante et revigorante. Toujours possédés par l’énergie de leur dernier album, sorti en 2018 et salué par notre cher Maxime comme « peut-être le meilleur opus du groupe, avec le précédent, en tout cas, un des plus directs », les Bordelais placent le curseur de l’intensité très haut à chacune de leurs prestations. Un beau challenge pour les locaux de l’étape, Luje que d’ouvrir pour une telle référence de la musique indé française.

Partager cet article avec un ami