[LP] I Me Mine – Ellipsis

Loin de ne rester que sous une étiquette rock et psyché qui, pourtant, lui convient largement, I Me Mine explore des horizons totalement inédits grâce à « Ellipsis », classique instantané et sans temps mort.

On pourra tout lire sur I Me Mine. On pourra définir le groupe en tant que fer-de-lance d’une nouvelle vague hexagonale qui, en plus d’avoir retenu les leçons de cinquante ans d’Histoire, aura su prouver que la composition ne se résumait pas à une simple répétition. On aura cru tout savoir. On se sera, bien évidemment, trompé. Car « Ellipsis », très attendu après plusieurs démonstrations marquantes du potentiel savant et amusé du projet, dépasse largement les espérances. Mais, avant tout, il est ce que l’on n’attendait plus, une synthèse personnelle et réfléchie d’influences pourtant distantes du résultat final. Un mode d’expression qui n’appartient qu’à ses concepteurs, tous ancrés dans la perfection de mélodies et de mouvements audacieux et radicalement fédérateurs. Oui, avouons-le sans honte : on tient là un exemple pour les générations présentes et futures. Rien de moins.

« Expectations », première incursion parfaite, ne dévoilait rien de ce qui allait nous tomber dessus sans crier gare. La nonchalance de ce premier extrait, simple et direct, n’était en effet que la partie visible d’un iceberg sur lequel beaucoup risquent de s’échouer dans les mois et les années à venir. Car I Me Mine modère ses ardeurs, pense, engendre sans intellectualiser mais en évitant la redite, ou une sobriété qui ne lui irait décidément pas du tout. On se retrouve alors transfiguré par les chœurs et cassures rythmiques de « Aviator », par la beauté progressive de « Raise Them Up » ou par les arpèges frénétiques de « Parachutes ». Partant de simples accords et les faisant transiter par un prisme lumineux et multicolore, I Me Mine cisèle ses pistes avec une attitude respectueuse et focalisée sur le résultat final, qui emporte l’adhésion, grâce aux cordes iridescentes du sublime « Once », au diptyque fulgurant « Here Comes The Man pt.1 et pt. 2 » et aux impulsions orientales de « Up to You ». S’achevant à travers l’inoubliable « Feel », inventif et tourmenté, l’opus tourne, encore et toujours, sans que l’on comprenne où l’on est ou ce que nous ressentons. À part l’essence même du plaisir et de l’émotion, sans aucun doute.

Alors, oui, on pourra tout lire sur I Me Mine. Ou on pourra simplement fermer les yeux et se taire, laisser l’empreinte d’une force de la nature musicale transiter dans nos veines et nos neurones, et apprécier l’extase. « Ellipsis » est un chef-d’œuvre, c’est un fait ; mais c’est surtout la preuve évidente que l’intelligence harmonique n’a pas complètement disparu. Et autant dire que cela fait du bien, de nos jours.

crédit : Lys Anamorphose

« Ellipsis » d’I Me Mine est disponible depuis le 30 mars 2018 chez Les Airs à Vif / L’Autre Distribution.


Retrouvez I Me Mine sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami