[LP] September Again – Insomniac

En s’affranchissant de tous les clichés et obstacles que le rock parsème sur sa route, September Again livre un premier album où la passion de l’interprétation s’unit à une performance débridée et riche en émotions fortes. Un tour de manège qui nous brutalise, nous apaise et nous fait chavirer, mais qui ne laisse en aucun cas indifférent.

Toujours se méfier des « tags » ; oui, ces petits mots référentiels supposés vous éclairer sur ce que fait un artiste, ce que compose un groupe, ou encore, de manière plus large, ce que cherche à démontrer un individu dans n’importe quel autre domaine. Et, lorsque l’on découvre la page Bandcamp de September Again, quelques-uns de ces substantifs se doivent, en tout état de cause, de nous orienter vers ce que nous nous apprêtons à découvrir ; mais, même si l’inspiration est là, l’originalité n’a pas pour autant été oubliée en cours de route. Ainsi, avec « Insomniac » (titre prometteur s’il en est), le quatuor originaire d’Annecy s’offre une carte de visite dépassant haut la main les exigences d’un genre particulier, écrivant son propre journal intime pour mieux y mettre le feu sur la place publique. Et nous réchauffer tout en nous éblouissant, intensément et pour longtemps.

Les riffs sont carnassiers et vifs, tout en prenant une ampleur sonore occupant tout l’espace dans lequel ils nous invitent à pénétrer (« Pocket Love », « Insomniac »). Soufflant le chaud et le froid avec une dévotion complète pour ses compositions, le groupe se montre obsessionnel dans ses intentions, alternant moments apaisés et faussement conciliants (« Days Go By » ou l’hypnotique « (lines) ») avec des tourments diaboliques et à la frénésie communicative (« Superstitions »). En alliant les métaux les plus lourds et les vapeurs aqueuses les plus volatiles, September Again délivre un disque à la progression inexorable, entrecoupé de douceurs fraîches et glacées se métamorphosant en lave incandescente (« Interlude ») pour mieux valoriser un langage à la fois furieux, destructeur et radicalement humain dans ses mouvements d’humeur (le dépouillé et savoureux « Some Answers »). Une prouesse aussi bien instrumentale que viscérale, qui fait de l’intime une présence de tous les instants dans notre champ de vision intégralement occupé par ces éclats, éclairs et flashes rock intenses et volcaniques.

Alors, oui, il nous aura fallu quelques heures pour oser nous aventurer dans les paysages mouvants de September Again. Il aura fallu de la patience, aussi bien de notre part que de celle des musiciens eux-mêmes, attendant fébrilement que nos yeux se posent sur cette carte universelle des sentiments les plus fragiles et obsédants. Mais, au final, la symbiose entre l’auditeur et les acteurs de ce phénomène mélodique audacieux et fulgurant est totale. « Insomniac » nous donne envie, justement, de ne plus dormir. D’écouter ces chansons dantesques, ces coups de tonnerres et rivières harmoniques charriant une quantité indéfinissable d’impressions, de sensations, de frémissements, jusqu’à l’aube ; et de recommencer le soir suivant. Un disque fascinant de bout en bout, et qui résonne encore en nous bien après ses derniers accords.

« Insomniac » de September Again est disponible depuis le 18 mars 2017.


Retrouvez September Again sur :
FacebookTwitterBandcampSoundcloud

Partager cet article avec un ami