[Entourage #111] Rest In Gale

Ça tangue sévère chez Rest In Gale. Le quintet psych rock pop de Romainville, emmené par les phénomènes Julien Howler (chant) et William Rains (guitare), annonce la sortie de son premier album « Tombola » fin novembre. Pour l’accompagner, un clip bien barré accoste ce mercredi sur les internets, « Bateau Ivre », titre punk houleux malmené par un chant vagabond et d’outre-tombe aux textes aussi fous et terribles que les échanges désinhibés entre Dafoe et Pattison dans The Lighthouse. Après avoir produit deux EPs, « God Bless Jacob Delafon & 2 », exorcisation radicale de leur malheureuse expérience de la gale lors d’une tournée anglaise des plus mouvementées, les maudits français se tiennent prêts à hanter la scène rock ces prochains mois. Si on préfère se passer des détails de cette mésaventure crasseuse du côté de la maudite Albion, les Rest in Gale ne manquent pas d’anecdotes, forcément un peu cradingues, à nous partager au sujet de leurs amis de la scène punk / rock / indé. Tendez l’oreille, mais gardez vos distances, sait-on jamais !

Casse-Gueule

C’est la possibilité d’être ce que tu veux, quand tu veux. Une douce rencontre enrobée de bienveillance fait que l’on peut être dans l’endroit le plus dégueulasse de Paris et en faire un nid tout doux, tout joli.


Le Villejuif Underground

Une secrète histoire d’amour à sens unique, ils ne nous connaissent que de passage. Nous avions partagé la scène du Skate Rock Festival, journée organisée notamment par les Cuizines de Chelles que nous saluons et supportons en ces temps difficiles. Rien à raconter à part le sentiment d’avoir fait un des meilleurs concerts de sa vie et qu’après on peut mourir.


Baclofene

Il y a un an ou deux, avec Thomas (le tambourine man de Rest In Gale), on s’est enfermés pendant 15 jours dans une vieille bâtisse au milieu de la France sans voir personne. Quand nous sommes arrivés là-bas, c’était la nuit et on a commencé tout de suite à composer. Jusqu’à la fin, nous n’aurons rien vu du jour. On a touché le fond là-bas, on ne se lavait plus et ne se parlait plus non plus. Des sortes de rats dans un laboratoire dégueulasse qui sentait le vomi par endroit. Je pense que nous ne sommes pas revenus indemnes de cette expédition. Nous avons enregistré trois titres et voici le premier. Heaulme nous est apparu comme un ovni dans la famille des meurtriers de France. Thomas a assisté à son procès pour un double infanticide en décembre 2018. Il y régnait un sentiment de profond décalage entre l’atrocité de ses crimes et son air penaud et hagard. Un type qui tue pour rien, sans mobile, et qui agit sous le coup de pulsions qui le dépassent. C’est ce qu’on a essayé de retranscrire dans cette chanson.


Roza Vertov

Notre frère. Nous ne faisons rien sans lui. C’est le sang. Beaucoup trop d’anecdotes pour en extraire une comme ça au hasard. Mais vous pourrez entendre sa magnifique voix sur l’album « Tombola » puisqu’il fait partie des Broussettes, le cœur battant de Rest In Gale.


The Dharma Jerks

Notre dernier 21 juin. On s’est découvert sur internet et on a décidé de faire une date ensemble. La fête de la musique. Cette date restera comme un l’un des pires combos de soirées qu’on ait créés. Accident, Baston, pour finir dans le canal.


Basset Hounds

Le jour où Rains perdit son travail. Concert à l’International avec un groupe portugais venu faire sa tournée en France, Basset Hounds. On ne les connaissait pas et malgré le peu de public ce soir-là, les mecs nous ont soufflés. Va savoir comment ils ont réussi à avoir un si bon son là-bas, bref très bon concert. Ils ne nous trouvent plutôt pas mauvais puisqu’à la fin du notre, ils viennent nous féliciter avec une verve particulièrement puissante. Rares sont les soirs où nait un tel engouement mutuel. Ça tombe bien, car on doit les héberger le soir même à la casa. L’occasion de discuter plus longuement. Le problème, c’est qu’ils doivent se lever extrêmement tôt pour aller jouer je ne sais où, mais à 6h de route de la Seine-Saint-Denis. Autres soucis, Rains travaille lui aussi dans un théâtre à Paris où ces absences répétées ont été remarquées. Qu’à cela ne tienne, nous passons la nuit à discuter et à écouter leur album. Résultat les Basset Hounds partent, des poches sous les yeux et Rains ne se réveille pas. Il sera réveillé par un texto l’informant qu’il pouvait venir chercher sa dernière paie.


« Tombola » de Rest in Gale, sortie le 26 novembre 2020 chez Jarane et Kliss Records.


Retrouvez Rest in Gale sur :
FacebookInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami