La Femme – La Femme EP

On avait adoré leur très dansant premier EP « Le Podium #1 », eux qui font partie de ces groupes qui nous redonnent foi en l’utilisation du chant en français dans la musique. La Femme est de retour avec un deuxième EP « La Femme » précédant la sortie d’un futur premier album courant avril nommé « Psycho Tropical Berlin ».

La Femme - La Femme

Dans leur premier EP, nous avions plus à faire à du surf music psyché mais dans ce deuxième essai on entre tout de suite dans une autre ambiance.
Deux moitiés distinctes pourraient composer l’EP avec d’un côté « La Femme » et « Hypsoline » et de l’autre côté « It’s Time To Wake Up » et « Sur La Planche 2013 ».

« La Femme » et « Hypsoline » sont toujours aussi dansants, mais ça se passe désormais d’une façon plus malsaine et excitante. On en parlera comme du kitchorror-pop ; le clip regroupant d’ailleurs ces deux chansons ressemble beaucoup au cultissime The Rocky Horror Picture Show. Vous changez un peu le casting en y ajoutant Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot à la place des protagonistes du film et vous y êtes.

Plutôt fun, La Femme affiche clairement ses références.
Passons à l’acte II avec « It’s Time To Wake Up » et « Sur la planche 2013 ».
« It’s Time To Wake Up » commence et ce changement de cap observé nous déroute au début. Il faut bien l’admettre, ça n’a pas grand-chose à voir avec le début de l’EP.
Musicalement du moins, puisque le titre pourrait suggérer que tout n’était qu’un cauchemar et que la Femme se réveille. Assez planant voire hypnotisant même, les paroles nous font rentrer dans un nouvel univers, celui complètement barré de la science-fiction.

La Femme

« Sur La Planche 2013″ est, par contre, LA grosse déception de l’EP.
Ils ont tout simplement démoli leur chanson phare. La grosse caisse et la basse sont beaucoup trop mises en avant par rapport au reste, la voix se trouve trop aseptisée, la guitare n’est pas assez crade, et le synthé trop derrière. Mon moment préféré est même gâché par la platitude de cette nouvelle version. Aucune montée, ni aucun frisson quand elle chantonne  » Et gare à celui qui veut m’empêcher de monter sur la vague quand je suis invincible ».

Bref, les deux premières chansons sont excellentes et cohérentes (elles sont même liées au niveau sonore). La troisième est géniale aussi, mais après les deux premières on se demande un peu ce qu’elle vient faire ici. Le concept La Femme/Hypsoline n’a pas été poussé jusqu’au bout et c’est bien dommage car on était rentré dans l’ambiance.
Quant à la dernière chanson, je préfère ne plus en parler. Espérons juste que ce soit bien leur nouveau label qui ait provoqué le remix de leur petite pépite, et pas eux.

Je vous laisse avec la version surf / lo-fi plus hésitante et bancale qui nous avait tant fait vibrer.

« La Femme » est disponible depuis le 4 février sur toutes les plateformes de téléchargement et le 14 février en vinyle sur Les Disques Pointus.

Un peu dans le même style loufoque et signé sur leur ancien label Brestois « Beko » je vous invite à écouter Super-Crayon.

facebook.com/lafemmeressort
twitter.com/lafemmeressort

Partager cet article avec un ami