[Inspirations #4] Julien Belliard

Sorti vendredi dernier, « Le mirage de ZO » nous présentait Julien Belliard sous un jour nouveau. Conteur humaniste de rencontres ancrées dans des paysages et climats scrupuleusement retranscrits, l’auteur-compositeur-interprète a offert à son écriture un regard à hauteur d’homme, tant dans ses forces que dans ses faiblesses face aux tourments constants de l’existence. Oscillant entre la surprise, la perdition et la sérénité, le disque nous a bouleversés, écoute après écoute. Le verbe qui en émane nous atteint, nous frôle puis nous entraîne, faisant de l’artiste le témoin d’histoires personnelles et universelles. Ces échos du quotidien nous ont donné envie de laisser libre cours à la pensée de Julien Belliard, afin qu’il échange ses inspirations en notre compagnie.

Pour la sortie de mon album « Le Mirage De ZO », indiemusic m’a proposé de participer à leur nouvelle rubrique « Inspirations » qui est une carte blanche. Je vois dans cette rubrique comme une conversation entre les inspirations, et c’est cette liberté-là qui m’a tout de suite donné envie d’essayer d’y répondre.

J’ai alors choisi :

un Mot ;
un Film ;
une Série ;
un Album « classique » ;
un Album « nouveauté » ;
un Livre.

  • Un Mot

Je commencerai donc avec le mot : « errance ».

J’ai cherché quelques définitions et je me suis arrêté sur celle-là : « Errance est l’action d’errer, longtemps, sans cesse, sans but, au hasard. » Ce mot, c’est le mot qui a guidé l’écriture de mon album, « Le Mirage de ZO » ; et, rétrospectivement, je me suis rendu compte que ce thème avait souvent guidé mes inspirations avant de donner écho à ce disque.

  • Un Film

Un lien entre le mot « errance » et le style du road movie est rapidement venu dans les inspirations. Le film que j’ai envie de relier à ce thème est Stranger Than Paradise de Jim Jarmusch. Dans ce long-métrage, la caméra suit en noir et blanc trois protagonistes qui font route vers la Floride depuis New York, chassant l’ennui. Celui-ci se découpe en trois parties et décrit une forme d’appel vers l’ailleurs.

  • Un Album « classique »

En musique, c’est plus difficile, car il y a les albums nouveaux qui sortent tout au long de l’année et les bons vieux albums qui sont toujours là dans ma vinyle’thèque. Je vais commencer par un classique mais, pour l’occasion, pas forcément des plus connu : c’est  « Song For Beginners » de Graham Nash. Je trouve que ce disque est à la croisée du folk américain de Crosby, Stills, Nash, and Young et de la musique de John Lennon. Le titre « Better Days » résume très bien tout ça.

  • Un Album « nouveauté »

Pour les nouveautés, j’ai beaucoup apprécié dernièrement les opus d’Andy Shauf. Son dernier album est paru il y a quelques mois. Je vous conseille, pour le découvrir, une chanson de son tout premier opus : « The Magician ».

  • Une Série

Twin Peaks de David Lynch. L’atmosphère irréelle, magique, drôle, incompréhensible, haletante, troublante, envoûtante. Je ne suis pas vraiment adepte du format série, mais celle-là me donne à chaque fois l’envie de créer grâce au mélange réel et irréel et à son esthétisme.

  • Un Livre

Pour finir, je vais prendre un livre, qui terminera tout naturellement cette carte blanche : le livre « Errance » de Raymond Depardon, qui mélange des photos sur ce thème et donne son explication de la photo et de son travail.


Retrouvez Julien Belliard sur :
Site officielFacebookInstagram

Partager cet article avec un ami