[Single] [Exclusivité] Ghern – Beau Futur

S’interrogeant sur la linéarité du temps et la place de l’individu au centre de ce système en dysfonctionnement, Ghern signe une ode à la fois poétique et proche des réalités que chacun de nous, en son for intérieur, interprète comme le destin ou la défaite.

crédit : Arthur Coulet

« Le temps ça n’existe pas » ; le propos de Ghern tient en une phrase, une constante que l’on retrouvera tout au long de « Beau Futur », chanson pop aux atours folk s’ancrant dans une continuité aléatoire des événements. Beaucoup y verront une fable écologiste qui, si l’on n’y prend pas garde, sonnera l’heure de notre perte, la peur de ne pas pouvoir, ne serait-ce que quelques années, entrevoir l’ultérieur. D’autres, lorsque l’interprète s’adresse à la source de son trouble, y liront un amour impossible, une solitude inapte à connaître un semblant de postérité. Tandis que les paysages et structures architecturales défilent au rythme du langage de Ghern, on ne peut s’empêcher de penser au moment où tout sombrera, matériel ou immatériel.

Mais « Beau Futur » n’est pas pour autant empli d’un constant pessimisme ; au contraire, il invite les figures de l’Histoire à sa table pour écouter leurs versions de ce qui aurait pu être et de ce qui est devenu, par surprise, par erreur, par manque de calcul. Finalement, il ne sert pas à grand-chose d’envisager ce qui serait susceptible de se produire ; il faut contempler l’instant, le lieu où l’on se trouve pour le moment, sans anticiper d’une quelconque façon de bons ou mauvais augures. « Tout se passe en même temps ». D’une extrémité de la Terre à l’autre, les actes et les paroles, en apparence éphémères, forment une espérance. Une expectative qui, un jour ou l’autre, nous trouvera.


Retrouvez Ghern sur :
Site officielFacebookInstagram

Partager cet article avec un ami