[EP] Catfish – Morning Room

Après deux albums « Muddy Shivers » (2014) et « Dohyô » (2016), le duo jurassien Catfish ressort de son bocal avec un nouvel EP et la ferme intention d’en découdre. En cinq titres sans fioriture et le diable au corps, « Morning Room » fond le blues dans la fournaise du heavy. Chaud devant !

Il suffit d’écouter « Mama Got the Devil Eye », première amorce de ce nouvel EP pour constater qu’Amandine Guinchard et Damien Félix ne sont définitivement pas des plaisantins. Expéditif dès la première seconde, le duo power blues ne fait pas dans la dentelle pour asséner riffs lourds en cascade, frappe musclée dans la grosse caisse, le tout déchaîné par le chant follement rageur d’Amandine. On y notera d’ailleurs quelques notes géniales de Farfisa ajoutant un peu de psychédélisme et de nouveauté à l’ensemble. En bref, c’est une réussite et ce n’est que le début !

On constate très vite que « Morning Room » qui n’a rien d’une salle d’éveil. La décharge et la débauche d’énergie du binôme se trouvent constamment mises à l’épreuve (le bouillant et sauvage « King of Monkeys » ou le crescendo psyché de « Sour Sorrow ») et on pourrait s’attendre à un épuisement progressif du rythme de croisière. Que nenni, c’est bien l’expérience de Catfish qui parle quand il s’agit de repartir de plus belle à chaque nouvelle piste. Et gourmand comme nous sommes, on en redemande forcément. Le binôme saisit alors chaque occasion de nous prouver que la célèbre expression less is more n’est pas une expression galvaudée, eux qui savent jongler habilement, en parfaits multi-instrumentistes, des percussions aux claviers, des fûts à la basse, sans hésitation ni baisse de régime. On pense d’ailleurs, en écoutant la voix habitée d’Amandine à une Beth Ditto des grands soirs, puissante et charismatique. Du bel ouvrage, jusque dans sa pochette florale signée Jenny Calinon du studio angevin Rouge Poisson, avec la complicité du grand photographe JC Polien.

crédit : JC Polien

Sur ce « Morning Room », on retrouve tous les ingrédients qu’on adorait sur le tout premier album, ceux qui nous avaient un peu manqué (il faut l’avouer) sur le second : une sensualité redoutable, une ferveur totale et une complicité admirable qui font d’ailleurs la réputation du power duo. Entre delta blues réactualisé et psychédélisme rock nouvellement affirmé, Catfish transcende son expérience de la scène internationale et sa passion pour la musique vivante dans un EP foudroyant comme un défibrillateur. Les cardiaques en redemandent déjà !

« Morning Room » de Catfish est disponible depuis le 8 février 2019 chez Imusician / Odeva.


Retrouvez Catfish sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami