[LP] Anna Ternheim – For The Young

Les terres scandinaves émerveillent. Elles cachent, sous leur poudreuse, les délices les plus fertiles. Sur les chemins musicaux se baladent alors de belles âmes. Fantomatiques et divines. Entre la pop et le folk apparaissent les déesses des voix. On aura connu Agnes Obel et Ane Brun. Anna Ternheim est aussi à écouter.

Anna Ternheim - For The Young

Suédoise, elle était partie fouler les poussières américaines. On se souviendra de son folk voguant sur les effluves country de Nashville avec « The Night Visitor ». Quatre ans plus tard, Anna Ternheim nous revient avec un cinquième album à la sortie discrète et à la douceur pétrifiante. « For The Young » apparaît alors comme une certaine résurrection. Renaissance dans son Nord natal. Ici se tendent la pureté et l’envoûtement de sa voix, sur une musicalité gracieuse et mélancolique.
Douze titres, où les textes portent toute leur anxiété, toute leur noirceur mélodieuse. On y retrouve les doutes, les failles et les obscurités. Ainsi, Anna Ternheim dresse le portrait d’une vie, d’un souvenir dans un voile de pudeur et de sublime. Sa voix à l’élégance pure propage une certaine mise en abyme. Sous les mots se dégage le vertige. Celui de la fulgurance dans les méandres. Il y a, chez elle, ce subtil équilibre entre la lueur et l’obscur. Aux détours du chant apparaît alors un horizon plus serein, pour lequel le danger se fait plus calme.

Anna Ternheim avance sur des mélodies toujours aussi charmeuses. Caresses suaves et sombres. La grâce se dessine à travers le ballet lent que s’offrent guitares et batterie éclairées. Le tragique naviguera sur un piano frappant. La solennité s’amplifiera lorsque les cuivres pénétreront le ciel nocturne. La musique qui fait « For The Young » est le mystère. Elle porte la crainte et l’assurance. La secousse et le calme. L’épuré et le foisonnant. Il y a, chez Anna Ternheim, toute cette complexité qui apporte la sobriété. L’album ne peut alors apparaître tant sophistiqué que dépouillé.
Ouvrant l’opus, « Hours » est le témoin de la délicatesse obscure qui se joue dans l’œuvre d’Anna Ternheim. La tension cohabite avec l’envoûtement. Plus loin, « Lonely One » est lumineux autant dans la mélodie envolée que dans le chant aérien. Tout au long de « For The Young », Anna Ternheim a le don de nous surprendre par sa capacité à transcrire les atmosphères. Dans la brume noire et l’écume sauvages, sa voix est celle d’une sirène guidant les marins. La fin heureuse, car elle est la beauté vénéneuse de la mélancolie. Les titres se suivent alors sur une nette direction. Il y a, avec « For The Young », la ligne tranquille. Mais peut-être que la vraie richesse de l’album ne se trouve que dans sa réécoute. Là, où les sensibilités et les profondeurs submergent.

Au-delà de la musique, Anna Ternheim a choisi de souligner la tragique clarté de son album par un ensemble vidéo, décomposé en chapitres. Ici encore se retrouvent le noir et le blanc. Ils façonnent les visages, les détresses et les êtres. À travers sa beauté saisissante se déclinent les sens. Les chorégraphies s’entremêlent au ralenti. Il y a, dans son œuvre, la terrible grâce surplombant les vies. Sous les traits de la vidéo, le magnifique « Still a Beautiful Day » se clôt par les cris et les crises.

« For The Young » est l’album sur lequel Anna Ternheim en revient à sa pureté, à son élégance et à ses doutes. Sur les roches des méandres se fracassent les vagues mélodiques de son chant. Entre tempête et calme. Marée noire sous un ciel lumineux.

Anna Ternheim

« For The Young » d’Anna Ternheim est disponible depuis le 29 janvier 2016 chez Only Records Ternheim AB.


Retrouvez Anna Ternheim sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami