[Clip] [Exclusivité] Julie Bally – Sunday Evening

En illustrant le titre le plus mystérieux de son formidable « Where Happiness Born », Julie Bally donne vie à un spectacle stroboscopique à la fois hallucinogène et captivant. Une démonstration d’électricité musicale et visuelle à l’état brut.

Julie Bally Sunday Evening 1

Au cœur de lumières bleutées et discontinues, Julie Bally danse, capturée par une transe que « Sunday Evening » met inexorablement en place. Et le spectateur, confronté à ce spectacle tant sensuel que cauchemardesque, se retrouve happé au-delà des limites de l’écran : dans les tréfonds ténébreux d’une nuit uniquement marquée par le spectre d’un projecteur que l’on devine, au loin. Épousant le rythme lent de la chanson, le court-métrage enrage, trépigne et s’apprête à bondir sur sa proie ; une victime idéale, mais qui n’a pas dit son dernier mot.

Julie Bally est un fantôme venu nous hanter dans nos tristes quotidiens. Un pur esprit, glacial et brûlant, traçant dans nos subconscients le trait fulgurant d’un dessin en perpétuel mouvement. Une muse qui n’hésite à aucun moment à s’accaparer toute l’attention qu’elle mérite, faisant bouillir le sang dans nos veines et battre nos tempes. « Sunday Evening » : le soir de l’égarement dans les impulsions d’un clip marquant et obsessionnel.

Julie Bally sera en concert le 30 mai à La Bobine (Grenoble), en première partie de Peter Kernel. Toutes les infos ici.


Retrouvez Julie Bally sur :
FacebookBandcamp

Raphael

En quête constante de découvertes, de surprises et d’artistes passionnés et passionnants.

Partager cet article avec un ami