Menu

[LP] Republik – Elements

Frank Darcel revient dans l’arène du rock made in Breizh avec son groupe Republik et l’album de braise « Elements », qui la joue collectif et incisif.

Republik - Elements

Au commencement du rock rennais, à la fin des 70’s, était sans équivoque Marquis de Sade, mené de main de maître par Frank Darcel (avec Philippe Pascal, futur Marc Seberg). Musicien émérite, producteur et écrivain, c’est un proche d’Étienne Daho qu’il éclaire au début de sa carrière. Darcel fonde ensuite Octobre et Senso (avec un certain Pascal O. au chant), avant de sortir un unique album solo au succès mitigé et de s’exiler quelque temps à Lisbonne pour produire divers groupes et artistes jusqu’au début des années 2000.
La plume lui chatouillant fortement la main, il publie deux romans en 2005 et 2007 et initie le dictionnaire en deux tomes « 50 ans de musique électrifiée en Bretagne » en 2010 et 2013.En 2010, Darcel revient sur le devant de la scène avec son nouveau groupe, Republik. Il sort un EP six titres et se fait remarquer lors des Trans Musicales 2013, qui lui tracent la route des studios en 2014 pour l’enregistrement d’« Elements », à paraître le 13 novembre 2015.

Entouré de Stéphane Kerihuel (guitare), Eva Montfort (basse) et Federico Garcia (batterie), Frank Darcel, qui officie au chant et à la guitare, invite pour son retour les prestigieux Tina Weymouth et Chris Franz, de Talking Heads et Tom Tom Club, la pulpeuse Wendy James de Transvision Vamp, l’ex-Clash et Vovoids Ivan Julian, l’Amélien Yann Tiersen ainsi que le saxo américain James Chance, figure clé du mouvement no-wave.
Un casting de rêve pour un retour éveillé. Les trois quarts d’heure d’« Elements » démarrent au quart de tour avec « Mystery », qui nous ouvre les portes de son rock’n’roll of fame où trônent les authentiques souvenirs d’une période new-wave aussi riche que sombre. Darcel, de sa voix grave et presque bowiesque, nous prend par les sentiments et rappelle aux nouveaux auditeurs que presque tout vient de là, et non de l’au-delà. « Saleen » est aussi rigide que son clip vidéo est en noir et blanc. Dans une ambiance wanderesque, le morceau semble inusable, tel une pile Wonder. Un carrousel mélodique qui tourne et tourne encore dans une frénésie sorcière.

Lorsque le saxo de James Chance ouvre « Ich Bin Schmutzig » (je suis dégueu), le contrepied des paroles en Allemand nous met au pas dans une ambiance qui fleure bon les 80’s, du temps où les Teutonnes Nina Hagen et Nena nous avaient redonné le goût des cours dans la langue de Goethe. Un parti pris qui ne met pas Darcel à la rue, alors qu’il enchaîne « In My Street » avec une nonchalance presque arrogante, pour une ballade enlevée au son d’un theremin.
En descendant toujours dans sa tessiture, Darcel nous dégage son « Move », tel un iguane triste au soleil. Un titre empreint d’une douce mélancolie, qui s’efface vite à l’écoute de « Family », jam qu’on aime pour son pouvoir de rassembler les copains du rock autour d’un micro qui, pourtant, en a vu d’autres. Des chœurs pris à cœur par Weymouth et James, qui font battre le nôtre juste ce qu’il faut sur « Winter Of Love » et sa ballade dans une ville qui aura toujours droit de cité. « Democracy », qui met à mal Dieu sur des questions et des espoirs fondés, ouvrant ceux de « Le jour devrait venir », un titre solennel qui sonne et se déploie comme une imploration. Le retour à la réalité se fait vite ressentir par le très têtes parlantes « Reality », qui éructe et jacte en souvenir ému de l’ami disparu Jacno. Autre titre en Français, « La fin des temps » apporte presque une note noire sur une emphase pourtant colorée. Une ambiguïté joyeuse et insouciante qui nous rappelle qu’en toute tristesse, il y a toujours quelque chose de bon. Frank Darcel n’est pas né de la dernière pluie et, d’un accent anglais très frenchy, entonne un « Born This Morning », bras dessus bras dessous avec son copain d’amertumes Yann Tiersen.

crédit : Philippe Boulben

crédit : Philippe Boulben

« Elements » de Republik est rouge et bouge dans notre cœur, qui devient breton, teuton et très certainement béton.

« Elements » de Republik, sortie le 13 novembre 2015 chez LADTK.
Release Party le 26 novembre 2015 à l’UBU de Rennes.

Retrouvez Republik sur :
Site officielFacebook