Menu

Ndidi O et Scarlet font vibrer les bords de Tempo Rives

Jeudi dernier, deuxième soirée de concert à Tempo Rives pour sa quatrième édition. À l’affiche, le trio rock angevin montant Scarlet suivi de la chanteuse blues canadienne Ndidi O.

Dès 20h, à l’inverse d’OSPE qui n’a pas encore la visibilité des meilleures pousses angevines, Scarlet a dès le premier titre de son concert avec « Make Some Noise » un public déjà présent pour l’écouter et l’encourager.

Le trio fonctionne bien autour de son couple chanteuse-guitariste formé par la belle Dorota et Romain, rejoints tous deux par Jérémy, batteur bien connu sur la west coast des Sables-d’Olonne ; officiant au sein de Léonie et sa pop-surf aux parfums d’été pour éternels ados.

Durant près d’une heure, les trois membres de Scarlet ont livré un jeu de scène rock sauvage et maitrisé, manipulant à loisir les samples, et enchainant les compositions efficaces.

La voix et l’énergie de Dorota ne sont pas pour rien dans la réussite de cette première partie de soirée qui a captivé le public déjà bien présent sur l’herbe verte.

Et c’était sans compter sur le dynamisme de ses deux compagnons de scène avec un Romain à la classe presque évidente à la guitare et Jérémy à la batterie, nouveau venu dans la formation Scarlet, qui à l’aide de ses sourires et de sa bonne humeur communicative, sans oublier son jeu rythmique impressionnant ont fait jeu égal avec leur chanteuse.

Parmi les dix titres joués ce soir-là, Black, This Love is Outlawed et leur reprise du Cat Claw des Kills n’ont laissé personne indifférente.

crédit photo : Nicolas Primout

Finie donc cette période électropop des précédents EP, Scarlet revient vers ce qu’il maitrise le plus, le bon rock qui fait tourner la tête, réveille le public et donne la pêche.
On n’a pas fini d’entendre parler d’eux.

Après cette première partie de soirée énergique, l’invitée canadienne de Tempo Rives prend possession de l’espace scénique pour un show qui va nous emmener jusqu’au milieu de la nuit, accompagnant la chute du soleil jusque dans ses dernières lueurs.

Le début du concert de Ndidi O est calme et intimiste sur The Whisper, premier single de son nouvel et troisième album « The Escape ». J’avouerais ne pas avoir su à ce moment-là si l’ambiance, charmante cela dit, allait pouvoir prendre avec le public.

Accompagnée de trois musiciens talentueux aux guitares, basses et batterie, la musique de cœur de la belle Ndidi aux lèvre d’un rouge écarlate prend très vite, et conquis le public à travers un voyage sur les sentiers du jazz, de la soul, du blues et du folk.

Les interventions touchantes de Ndidi viennent ponctuer les transitions entre ses titres. Elle qui nous parle de 2012 comme l’année de l’amour au moment où elle ne l’a pas encore rencontré, ou de son chat qui s’est enfui et qu’elle découvre chez son voisin quand ce dernier l’invite à dîner, dans un franglais des plus mignons viennent sceller à chaque fois un peu plus sa relation particulière avec le public angevin. Avec beaucoup de tendresse finalement.

Avec le charme d’une Norah Jones et la sensualité d’Ayo, Ndidi O passionne et enchante le public angevin tout du long de son concert salué par un grand rappel et venant même en fin de soirée passer par dessus les rambardes  et danser quelques minutes avec le public enflammé par un Heart of Steel des plus enivrants.

Sur la fin, sa reprise de Tease Me Baby de son mentor John Lee Hooker sera un grand moment d’émotion tandis que Move Together extrait de l’album éponyme, sorti en 2009, repris avec le public en cœur charmera les derniers indécis.

Ce jeudi soir, Scarlet et Ndidi O ont offert après le passage de l’incroyable Asaf Avidan une autre de ces soirées pleines d’émotions au public de Tempo Rives.

Un festival qui pour sa quatrième édition rencontre tous les succès que ce soit par la qualité de ses intervenants, par la réponse conséquente du public angevin à ces invitations musicales et par le temps qui pour l’instant joue en pleine faveur de l’organisateur et de la ville.

scarlet.fr
ndidio.net

Crédits photos : Fréd Lombard (moi-même) / fred@indiemusic.fr

, , ,

Pas encore de commentaires.

Poster un commentaire