[Focus] Les Nuits Électro de Scopitone 2017

samedi 23 septembre 2017 (3/3)

Samedi 23 septembre 2017 : Cosmic Boys, Contrefaçon, Weval, Demian Litch et Maison Acid


Judicieusement renommées « La boîte » sur le temps du festival, les Nefs ne manqueront pas d’offrir un dancefloor plus grand que nature. En ce sens, s’il y a un duo d’artistes qui affectionne « faire aimer » au public le dancefloor, ce sont les Cosmic Boys. Souvent sollicités pour leurs qualités de selecta par le festival I Love Techno, leurs sets et leurs productions trouvent leur point d’équilibre parfait entre techno minimale et electro-house pulsionnelle : fusion musicale, osmose du dancefloor.

À l’inverse de ceux qui souhaitent faire du dancefloor un terrain d’amour et de sensualité, d’autres aiment à penser qu’une autre expérience pourra y être vécue. C’est tout d’abord le cas des Parisiens de Contrefaçon qui, sur les traces de Gesaffelstein, Bagarre ou de Son of Kick, misent sur un expérientiel brut entremêlé de paroles rappées sur de puissantes sonorités décapantes et d’images hallucinantes.

Sous la houlette de l’expérience, on retrouve messieurs Harm Coolen et Merijn Scholte Albers. Ce duo néerlandais illuminés forme Weval et puise son ADN dans l’industrie du 7e Art. Et ce n’est pas un hasard si ces deux cinéphiles se sont rencontrés autour d’un amour commun pour la création électronique. Quand les influences de Merijn se rapprochent du style trip-hop, celles de Harm relèvent de la house et du jazz. Le mariage des deux donne ainsi lieu à une synergie et un son uniques. Si le duo, signé sur le susnommé label Kompakt, se pose en parfaite bande-son d’un été lascif, leurs performances live prennent une tournure plutôt musclée.

crédit : Nick Helderman

L’expérience audiovisuelle de Scopitone sera sublimée par la cinquième représentante du genre féminin de ces nuits électro. L’air de dire « Le dancefloor, c’est surfait », la Mexicaine Demian Licht propose un voyage conceptuel dans les univers hallucinés qu’elle compose. Fer de lance de la culture électro avant-gardiste dans sa ville de Mexico, via son label Motus, elle s’adonne à une teinte musicale de nature mystérieuse, énergique et provocatrice auprès de son public. Une tonalité singulière qui éveillera bien des curiosités d’ici septembre.

On clôt une longue liste d’artistes d’une richesse sans précédent par une entité locale. Initialement, Maison Acid est un label créé pour la promotion du groupe d’acid-house Françoise Pagan. Devenu collectif par la suite, Maison Acid s’est ouvert à d’autres projets musicaux et notamment à l’édition. Les Nantais, habitués du paysage local (de nombreuses apparitions au Lieu Unique à leur actif), proposent une techno expérimentale bien calibrée. C’est également un collectif qui compte dans ses rangs Gauvin Malik, alias Photo ratée, un artiste bien connu des Nantais qui participe à la vie artistique de la cité des Ducs depuis 2006.

crédit : David Gallard – Clack

Après 16 ans d’existence, Scopitone n’a cessé d’offrir à ses aficionados une programmation d’une réelle qualité en matière de musique électronique. Cette édition de septembre semble avoir les cartes en main pour ne pas décevoir, mais surprendre en tous points. Quand on regarde les vingt-cinq artistes prévus sur ces deux nuits électro, on relève l’émergence d’artistes audacieux, le nombre croissant d’artistes féminines qui se démarquent, d’autres en passe d’asseoir leur maturité et des piliers du genre électronique. Nos yeux sont désormais rivés sur cette composition d’artistes très alléchante… Pourvu que la rentrée de septembre arrive vite !


Retrouvez Stereolux / Scopitone sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami