[Focus] Les Nuits Électro de Scopitone 2017

vendredi 22 septembre 2017 (3/3)

Vendredi 22 septembre 2017 : Kelly Lee Owens, Simo Cell, Giorgia Angiuli, NOT WAVING et AZF


Une autre icône de la jeunesse viendra réchauffer les nefs en septembre, et elle ne vous est pas entièrement étrangère. La Galloise Kelly Lee Owens, âgée de 29 ans, a longtemps travaillé chez un disquaire londonien en côtoyant les très talentueux Erol Alkan et Daniel Avery jusqu’à poser sa voix sur les productions de ce dernier. Déclencher des émotions à l’écoute ne s’avère pas être une mince affaire, toutefois Kelly semble détenir, en sa voix et sa vision géométrique de la musique électronique, les ingrédients essentiels. Au menu : une atmosphère introspective brumeuse aux reflets planants.

Après avoir vadrouillé un peu partout en Europe, retour en terrain connu, local qui plus est. Originaire de Nantes, Simo Cell est l’un des talents émergents de la scène hexagonale. Actuellement basé à Paris, ce jeune producteur se différencie de ses pairs par la subtilité de son style synthétisant les codes de Bristol, l’héritage de Détroit ainsi que de quelques autres mouvements musicaux. Fin 2016, il a signé un live set très remarqué dans le cadre intimiste du festival Positive Education de Saint-Étienne. Ses deux premiers EPs, chez Dnuos Yvitil et Fragil Musique illustrent bien ces multiples inclinaisons, qui se sont affinées après de nombreuses années à jouer en France et à l’étranger. En tant que DJ, Simo Cell est versatile et tout-terrain ; écouter l’un de ses sets, c’est toujours s’exposer à de nombreuses surprises et à plein de découvertes.

Beaucoup de nos convives de cette première nuit électro ont reçu une éducation musicale classique. Giorgia Angiuli en fait partie. Si l’Italienne habituée des clubs allemands a pris un virage techno, ce n’est pas sans oublier son appétit instrumentiste. Au contraire, ses productions live ne tarissent pas d’improvisations à base de clavier, d’instruments analogiques, voire de jouets électroniques.

Direction ensuite la scène underground de Florence. Le second témoin du renouveau de la scène électronique italienne se nomme Alessio Natalizia et porte le projet NOT WAVING. L’intéressé a grandi sous l’influence du punk rock et du hardcore. Pas étonnant que l’on retrouve autant d’énergie dans les sinusoïdes acidulées que ce savant fou crée. Un véritable ovni. Maître d’une approche scientifique de la musique, les sonorités d’Alessio Natalizia n’en sont pas moins d’une certaine humanité ne demandant qu’à être perçue comme telle.

Dans le genre libération d’une énergie folle, AZF n’est pas mal non plus. La Parisienne, ambassadrice de Rinse FM en France, est sur tous les fronts en ce moment : un passage remarqué au Peacock Society Festival, une performance attendue à Dour… Les programmateurs ne tarissent pas d’éloges sur la qualité de sa techno chirurgicale et puissante. Fer de lance de l’underground parisien qui compte d’innombrables labels et artistes passionnants, elle lui rend hommage au moyen d’une dystopie musicale qui pousse les murs à chacun de ses sets. À la manière d’une Charlotte De Witte ou d’une Paula Temple, AZF rejoint les grandes dames du paysage techno du moment.

Partager cet article avec un ami