[Focus] Crossroads Festival 2021

Jour 2 : mercredi 8 septembre 2021

Dans cette édition du Crossroads Festival, Barbara Rivage est un peu le pendant psychédélique de The Breakfast Club. Comme le duo lillois, le couple se partage guitare et claviers dans une version délirante qui n’est pas sans rappeler les Rita Mitsouko. À découvrir !

La houle à Roubaix, voilà un phénomène suffisamment rare pour qu’on s’y intéresse. La Houle est en réalité un groupe venu de Boulogne-sur-Mer et porté par Simon Sockeel. Déjà auteur de deux albums très différents, le deuxième (« Dehors au Dedans ») étant un concept album instrumental inspiré à Simon pendant le confinement de mars-avril 2020. On espère que le groupe profitera de son passage à la salle Watremez pour présenter quelques titres du nouvel album à paraître à l’automne, le titre paru cette année (« Toi (ce moi) ») nous ayant fait penser à l’electronica de Radical Face ou à un M83 de la belle époque, rien que ça !

Le premier mot qui vient à l’esprit en écoutant Francis of Delirium, c’est « spontanéité ». Il se dégage des productions de ce duo luxembourgeois un vent de fraîcheur et de simplicité qui rappelle le meilleur du rock des années 90. Il y a deux ans, la prestation de Bartleby Delicate, autre Luxembourgeois émérite, avait marqué tous les esprits à Roubaix. Nul doute que Jana et Chris sauront prendre la relève pour cette édition 2021 !

Cela fait déjà quelques années que l’on croise Richard Allen et ses folk songs imparables du côté d’Amiens où il a toujours vécu après être né et avoir passé les premières années de sa vie en Angleterre. L’an passé, il a sorti un très bel album, « Locust Tree Lane », accompagné par le producteur Kenny Ruby qui a ajouté à la folk de Richard une petite touche de jazz qui confère à l’ensemble la douceur et la suavité d’une journée d’été ensoleillée à Amiens (laissez-moi rêver !)

Comment présenter Murman Tsuladze ? Murman est un personnage de légende, marchand de tapis volant à ses heures. Murman Tsuladze est un trio qui cultive le secret et dont on ne sait pas grand chose, si ce n’est qu’ils aiment à chanter en géorgien sur des beats electro qui fleurent bon l’orient et la vodka. Tout un programme !

Jyeuhair, voici un rappeur pas comme les autres. Chacun de ses titres est une expérimentation qui fonctionne comme un patchwork de sons empruntés à la pop, la chanson ou la musique classique, agrémentés de mots chantés ou rappés qui tissent la toile de l’univers tout particulier de Jyeuhair. Ceux qui connaissent le Crossroads savent que les concerts de rap sont souvent des temps forts du festival. Nul doute que Jyeuhair aura à cœur de ne pas faire exception !

Cheap House vient de Strasbourg mais puise son inspiration dans un spectre musical très large qui va de la french touch au post jazz. Le groupe a la particularité de jouer toutes ses compositions en live, sans ordinateur ni séquenceur. Une belle expérience à vivre pour une fin de soirée roubaisienne en transe !