[Live] Les Victoires de la Musique 2020

L’industrie musicale française était attendue sur son 31 le 14 février dernier à la Seine Musicale pour la 35e édition des Victoires de la Musique ; une édition anniversaire, coïncidant avec une transformation conséquente des catégories et des modalités de vote.

crédit : France Télévisions

D’emblée, saluons les Victoires de Clara Luciani en artiste féminine de l’année et Philippe Katerine artiste masculin. Face aux mastodontes qu’étaient Catherine Ringer et Angèle pour la première et Lomepal et Alain Souchon pour le second, leur succès est un signal plus que positif pour l’avenir. À noter que ces récompenses ont eu un effet instantané pour les artistes : Katerine a connu +163% d’écoute sur Deezer le week-end suivant, et Clara Luciani +76%. Gageons que cette nouvelle audience sera fidélisée.

Saluons aussi la formidable mise en avant d’artistes montants, comme Pomme, dont nous vantions les mérites, Aloïse Sauvage, Suzane et tous les autres nommés et lauréats des catégories « révélation ». Une exposition qui s’est elle aussi traduite par une croissance exponentielle des écoutes dans les jours suivants la cérémonie.

Pour autant, ces récompenses ne cachent pas entièrement quelques étrangetés dans le fonctionnement des Victoires.

Premier point : le retrait des albums de genre et le resserrement des récompenses entre huit catégories, contre treize hier. Chaque registre est représenté par un artiste de la sélection, mais les lauréats mettent fatalement en avant une personne et non plus un registre. Recentrer la sélection sur la personne peut être un choix pertinent. Pour autant, il faudrait veiller à varier les candidats.

En effet, l’édition 2020 partageait, ne serait-ce qu’avec l’édition 2019, quatre artistes (Angèle, Clara Luciani, Jeanne Added et Boulevard des Airs). Sur quatorze en tout, si l’on retire les six révélations qui, par définition, sont de nouveaux arrivants, cela représente un panel de 30% équivalent à l’année précédente. Ajoutons à cela la présence d’Alain Souchon (dixième Victoire remportée, un record national), Catherine Ringer, Philippe Katerine, Vincent Delerm, Vianney, Nekfeu… Le pourcentage de nouveautés est infime.

Second point : l’introduction d’un vote ouvert au public pour trois catégories (sur huit) peut aussi poser question. Il semblerait pertinent, à première vue, de laisser ce dernier décider de ce qu’il considère être de la bonne musique ou non. La chanson n’est pas qu’une affaire d’experts ; elle est un art universel. Pour autant, de telles modalités de vote induisent un pur concours de popularité et non de qualité. Preuve en est, les Victoires sacrent cette année comme chanson originale de l’année « Ça va, ça vient » de Vitaa et Slimane. Les deux artistes cumulent plus de 1,5 millions de fans rien que sur Facebook. Les quatre autres nominés (incluant le duo Boulevard des Airs et Vianney, donc deux artistes) ne dépassent même pas le million de suiveurs en cumulé.

Même constat pour PNL (création audiovisuelle de l’année) face à Angèle et Les Vieilles Canailles. Seule Angèle, pour « concert de l’année », l’emporte face à un artiste a priori plus populaire qu’elle, -M-, même si l’on peut deviner que la communauté de la chanteuse est un peu plus active que celle de Mathieu Chédid.

Rendez-vous en 2021 pour savoir comment l’institution des Victoires saura améliorer sa nouvelle mouture !


Retrouvez Les Victoires de la Musique sur :
Site officielFacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami