[LP] Tiny Leaves – A Certain Tide

Éperdument utopique, « A Certain Tide » est un album plein de richesses, de matières, d’humeurs idylliques et contemplatives qu’aucun autre projet ambiant n’a encore jamais délivré. Tiny Leaves n’a plus peur, sa dévotion est désormais parée.

Tiny Leaves - A Certain Tide

De l’épaisseur, toujours de l’épaisseur. L’air est rempli, tout est utilisé, même le silence. Joel Pike continue de déplier ses minuscules feuilles. Deux ans auparavant, il nous avait offert « A Good Land, An Excellent Land », un album doté d’une écriture grandiose et confortable, copieusement entouré d’un lumineux brouillard. Alors, Joel retourne dans la campagne de Shropshire, non loin de Birmingham, pour composer « A Certain Tide » ; le temps d’un hiver, sans demi-mesure, pleinement, éperdument, libre de faire et défaire ses feuilles comme des centaines d’origamis articulés. Bien que recouverts d’une neige épaisse, ceux-ci nous livrent leur plus belle danse.

Comme ses précédentes fresques, la tristesse de Joel n’est qu’une façade. On ne peut pas faire plus heureux. Quel homme peut se considérer mélancolique alors qu’il a tout pour s’épanouir ? Au-delà de sa condition humaine, il fabrique ses musiques qui sont tristes, ou plutôt lyriques, pour être juste. La frontière est simple et souvent trop floue pour être réellement comprise. Cet effet de rendre « triste » se vaut dans la lenteur et l’ambiance de la musicalité de l’album. Très vaporeuses – quelquefois, et de plus en plus sévères -, ses compositions ont pour effet de refléter sa contemplation, comme tout autre artiste qui se complaît dans son art. La nature, la vie et ses questionnements ; bien des sujets qui amènent à cette faculté que chacun de nous possède, à son propre rythme.

Tous les instruments (cordes, piano, guitare…) révèlent leur propre identité, pièces à part entière de la chaîne musicale, aidant la mélodie à prendre du volume, à s’amplifier au fil des secondes, comme un ballon qu’on remplit d’air. Mais la pression redescend toujours, délicatement, pour ainsi construire un espace-temps bien défini. Un morceau après l’autre, un début et une fin, sans cesse renouvelés (« Hem » ou la très belle piste « Stepping Into ») ou suspendus dans le temps comme « August » et « Shed Abroad ».

crédit : Suzanne Nola
crédit : Suzanne Nola

« Cet album explore le sacré et l’ordinaire, il parle de l’espoir dans la turbulence, de la danse du beau dans le simple », dit Pike. Avec tout ça, comment ne pas être décroché de la réalité ? De toute évidence, la musique de Tiny Leaves peut être l’essence même du pourquoi et du comment. En surface, elle est juste belle, magnifiée par cette peau qui frissonne. C’est la neige qui l’a tant inspiré, pourvu qu’elle soit éternelle.

« A Certain Tide » de Tiny Leaves est disponible depuis le 22 juin 2015 chez Futuresequence.


Retrouvez Tiny Leaves sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami