[Sorties] 5 festivals immanquables en septembre 2021

À nos lecteurs : point d’inquiétude, indiemusic est toujours là, à vos côtés comme auprès de ceux qui créent et rêvent la musique d’aujourd’hui et de demain. L’oreille toujours à l’affut de la découverte et le regard porté vers de nouvelles scènes à explorer. Si ces derniers temps, le rythme des parutions tend à ralentir drastiquement, car nos vies sont rythmées par bien des évènements personnels et professionnels ; pas question pour autant, après dix années d’existence d’abandonner notre passion, moteur et essence à la fois de nos vies modernes. Et pour vous le prouver, voici ici et maintenant notre sélection de cinq festivals chaudement recommandés par notre équipe en cette rentrée.

Rock in the Barn Hors Série

Du 8 au 12 septembre 2021 à Giverny

Fier de son terroir et de son identité musicale mêlant rock, musiques psychédéliques, garage, pop et folk (tout pour nous plaire), Rock in the Barn revient électriser la campagne normande à l’occasion de cinq soirées itinérantes du mercredi 8 au dimanche 12 septembre entre Pacy-sur-Eure, Giverny et Vexin-sur-Epte. Les plus prévoyants auront déjà réservé leurs places pour les concerts désormais complets du vendredi (Lulu Van Trapp et les Sheraf Brothers) et du samedi (Richard Allen, Taxi Kebab et Nico Babar aux platines). Les plus sages d’entre nous auront quant à eux repéré l’affiche du mercredi réunissant, à la Dime de Giverny, Gaétan Nonchalant, hérault d’une pop française bienheureuse et détendue associé pour un soir à Raoul Vignal, mélodiste hors pair et artisan discret d’un folk magistral à l’instar de son dernier disque « Years in Marble ». Incontournable.


Festival Arts in Situ #3

Du 10 au 12 septembre 2021 à Lormandière

Installé sur le site des anciens fours à chaux de Lormandière, à quelques encablures seulement de Rennes, se tiendra le week-end prochain la 3e édition du festival Arts in Situ. Il sera le terrain d’expressions de bien des pratiques mêlant (ciné) concerts, expositions, sculptures, danses à d’autres performances. L’évènement breton peut compter dans ses rangs l’équipe du webzine voisin Lust4Live qui lui a soufflé quelques beaux noms pour sa programmation. Ainsi, on pourra retrouver vendredi soir Emma Sand Group et son rock blues sombre et paré d’une redoutable élégance. Quant au samedi, nos regards se porteront autant sur Dalva et son blues intense et sauvage, puissamment incarné par sa chanteuse Camille Weale, que sur Tchewsky & Wood, trio pop fascinant et audacieux à la croisée du trip-hop et de la new-wave.


La Fête de l’Humanité #90

Du 10 au 12 septembre 2021 à La Courneuve

Pour sa toute dernière édition en Seine-Saint-Denis, avant de se délocaliser en Essonne, l’incontournable fête du journal communiste français (qui rassemble chaque année plus d’un demi-million de personnes) prendra ses quartiers une ultime fois en bordure de l’aire des Vents du Parc Georges Valbon. Si les meetings, expos et débats ne manqueront pas d’attirer les curieux de tous bords, c’est bien sa programmation musicale ouverte sur l’émergence et l’avenir qui nous parle forcément. Parmi eux, des artistes déjà bien identifiés, bien-aimés de nos colonnes ; à commencer dès le vendredi sur la scène Joséphine Baker avec le très énergique duo lillois YN, insufflant avec rythme et combativité ses énergies rap et rock combinées, juste avant Structures, quatuor amiénois adepte des braquages post punks fulgurants. Sur cette même scène, le samedi, on ne pourra pas faire l’impasse sur la performance attendue des Psychotics Monks, véritables monstres de puissance, de folie et de noirceur quand ils entrent en transe, quand sur la scène voisine de Zebrock, Parlor Snakes fera danser tous les corps à l’unisson sur un rock’n’roll des plus torrides et bruts. Quant au dimanche, le duo lillois Orange Dream, l’une de nos révélations du Crossroads 2020, offrira depuis la scène Joséphine Baker une démonstration possédée de son rock incantatoire et diablement habité.


I’m From Rennes #10

Du 19 au 26 septembre 2021 à Rennes

I’m From Rennes, c’est la fameuse rentrée des classes de la scène musicale rennaise et l’occasion d’explorer en primeur, avant les grands rendez-vous de l’hiver – quand les Bars entrent en Trans Musicales -, les belles promesses de la nouvelle scène rennaise. Quand on sait que Her, Mermonte, Juveniles, Totorro, Saro ou les Popopops y ont fait leurs premières armes, on parie forcément cette année sur la promotion 2021. À commencer par Tiago Ribeiro alias Niteroy, fresh prince de la bossa pop qui rend hommage sur son premier EP « Dia de Chuva » à ses racines brésilo-portugaises avec une sensualité diaprée. On vous invitera tout autant à répondre à l’appel de la pop lo-fi mélancolique du duo Allo Mantis dont on ne parvient plus à décrocher de l’EP une fois la lecture enclenchée, à savourer le songwriting blues folk assuré et intemporel de Pepper White, pour finir scotché aux mots de Roxane, maîtresse indomptable d’un pop rock mirifique au romantisme écorché ; celui de Barbara Rivage qu’elle (trans)forme en osmose avec son compagnon Vivien.


Levitation France #9

Les 24 et 25 septembre 2021 à Angers

Notre histoire d’amour avec Levitation France ne date pas d’hier. Après avoir investi le grand théâtre du Quai ces dernières années pour gagner en espace d’accueil, le festival psychédélique angevin, toujours fièrement parrainé par son grand frère d’Austin (Texas) revient au bercail ; le Chabada, pour une édition en open air. Plus libre et impatient que jamais après une 8e édition avortée l’an passé, Levitation s’affiche avec un line-up imparable capable de faire transhumer tous les férus de musiques amplifiées le temps d’un week-end dans la capitale de l’Anjou, dans des conditions semble-t-il quasi idéales. Jugez plutôt cette folle affiche qui rassemble les Londoniens de Shame, étendard incandescent du post punk britannique, les Limiñanas, en famille et grands habitués du festival, SLIFT, les nouveaux patrons du stoner français à jeu égal avec Mars Red Sky pour un match Toulouse face à Bordeaux, sans d’autres enjeux que de pousser les festivaliers vers la transe maximale. On pourra également y déguster la cumbia psyché du girl band londonien Los Bitchos, le club punk des Working Men’s Club, même vagabonder entre la no wave expérimentale de De Ambassade, la techno kraut de La Jungle et le rock fougueux et sacrément garage de Wild Fox, fiers talents locaux de l’étape. Définitivement l’une des programmations les plus alléchantes et réussies de cette année de reprise du live.

Partager cet article avec un ami