[Sorties] 5 soirées immanquables en octobre 2019

Après une rentrée sur les chapeaux de roues en septembre, la sélection concerts d’indiemusic du mois d’octobre, traverse de nouveau la France de part en part, et déborde même du côté de la Belgique avec le festival Francofaune et sa programmation haute en couleurs. Plus largement, cette sélection est l’occasion de saluer des artistes indépendants choisissant de célébrer sur scène en communion avec leurs publics des sorties de disques extrêmement recommandables à l’image de celles du trio explosif Lysistrata, de l’une des révélations de l’année, la très créative Miët ou encore de l’énigmatique Yolande Bashing.

Article écrit par Laurent Thore, Simon Milstayn et Fred Lombard.

Francofaune dans la région de Bruxelles

Du jeudi 3 au dimanche 13 octobre 2019

Célébrer la biodiversité musicale. Voici le maître mot de Francofaune, festival belge de pointe quand il s’agit de célébrer la francophonie sous toutes ses branches. Si l’édition 2019 est déjà un peu entamée, on retiendra les jours restants l’élégant Kùzylarsen mêlant à sa prose poétique et minimaliste un jeu d’oud au doux parfum d’orient auquel les plus excités d’entre nous préferont peut-être le fiévreux colosse acadien Serge Brideau et ses Hôtesses d’Hilaire déjanté.e.s, ça c’est pour le mercredi 9 octobre. On passe directement au vendredi 11 pour une soirée des plus fournies avec, entre notamment Glauque, sensation électro rap de Namur quelque part entre la prose réaliste et urgente de Fauve et la virtuosité analogique d’Odezenne, Maud Audet, chanteuse-guitariste éprise d’un folk pop aux douces influences sixties ou le dandy cool et fluo François Bijou, sorte de rencontre lo-fi et lunaire entre Katerine et Miro. Samedi 12, on a repéré déjà la sensation futuriste ATOME, spationautes belges et proches cousins de l’Impératrice, pour qui l’avenir est déjà lacté, la poésie electronica inspirante du Marseillais Fred Nevché, la pop tranquille et toute en élégance jazzy du Caennais Adrien Legrand, enfin la chanson électronique triturée et mentale de Yolande Bashing. Dimanche 13 octobre, on ne pouvait pas passer à côté à la fois de Delgres, power trio blues créole emmené par le bouillant Patrick Danaë, du passionnant Antoine Corriveau qui arrive à faire sonner un americana à l’âme francophone ou de la chanson pop entraînante des Liégeois Dalton Telegramme. Du beau monde à découvrir dans la région de Bruxelles en ce début de mois.


Les cinq ans de Microqlima à la Maroquinerie (Paris)

Jeudi 10 et vendredi 11 octobre 2019

Microqlima, le petit label parisien qui grandit un peu plus chaque année, fêtera ses cinq ans à la Maroquinerie ce jeudi. Au programme des festivités, un mélange de DJ sets (L’Impératrice, Pardonnez-nous, Alex Pan, le crew du label) et de lives : l’occasion de découvrir Fils Cara, signature toute récente repérée à Rock en Seine cette année, la folk électro-danse de Murman Tsuladze, les expérimentations sonores d’Alex Van Pelt, mais surtout la bande d’Isaac Delusion, qui présentera en exclusivité son prochain album, « Uplifters », à paraître début novembre et dont on vous parlera très bientôt. Un évènement incontournable pour les amoureux de musiques indépendantes, de karaoké approximatif, de découvertes en tout genre, de bières tièdes renversées sur les Stan Smith et de dancefloor enflammé.


Von Pariahs et Miët à Stereolux (Nantes)

Vendredi 18 octobre 2019

Double soirée anniversaire pour le rock nantais à Stereolux. En salle micro, sont attendus comme les nouveaux messies de l’indie les Von Pariahs et leur « Radiodurans » sournois et expéditif, toujours plus partagé entre post punk sous anxiolytique et new wave combative. Du rock français qui boxe à l’anglaise comme on en fait peu. De l’autre côté du ring, la chalengeuse Miët aka Suzy Le Void présentera son exigent premier « Stumbling, Climbing, Nesting », expérience qui peut se révéler éprouvante pour les non-initiés à un noise rock brut et peu anguleux. Il faudra avoir le cœur bien accroché ! On profite de l’occasion pour saluer Laurent Charliot qui clôture dans un mois, dimanche 10 novembre, un an et demi de sa très documentée et vivante exposition « Rock ! Une histoire nantaise » au Château des Ducs de Bretagne. Dernier avis pour les retardataires.


Lysistrata et It It Anita à La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)

Jeudi 24 octobre 2019

Rencontre au sommet pour deux groupes très en vue du moment, donnant au rock une vitalité et une intensité peu communes. De retour seulement deux ans après un premier album remarquable « The Thread », les trois « sauvageons » de Lysistrata sont très fiers de présenter et de défendre avec l’énergie qu’on leur connait, leur nouveau bébé « Breathe In/Out ».  Une tournée donc pour faire exploser la matière incandescente de ce disque puissant et riche, aux nuances subtiles leur permettant d’échapper au jeu stérile des comparaisons et d’être à juste titre désormais considérés comme une référence actuelle du post-hardcore et du noise rock contemporains. Comme un symbole, ils partageront la scène avec les Belges de It It Anita, qui sortent d’ailleurs ces jours-ci une version deluxe de leur surprenant « Laurent », manifeste libre et décalé de post-punk déviant et de noise viscérale aux qualités climatiques évidentes. Avec It It Anita, tout semble possible et il faut surtout s’attendre à tout. Cerise sur le gâteau, le rendez-vous est fixé au Club de la Coopé, où la proximité scénique jouera son rôle électrisant et communicatif, propice à une soirée d’anthologie !


Johnny Mafia, Not Scientists et Eddy Gasoil à Elmediator (Perpignan)

Samedi 26 octobre 2019

Du côté d’Elmediator à Perpignan, le rock se jouera à la sauce garage en cette fin de mois d’octobre avec les délirants Johnny Mafia et les imposants Not Scientists, qui fêteront dignement un split EP commun sorti sur le label Kicking Records. Les « Princes de l’amour », du nom de leur album, n’ont pas leur pareil pour t’embarquer innocemment sur de jolies mélodies, pour mieux te démonter le cerveau quelques secondes après, à grands coups de riffs massues, de fuzz détonants et d’envolées noisy décomplexées. Un mandat d’arrêt international a d’ailleurs été lancé dernièrement par les polices du monde entier sur Johnny Mafia, suite à la sortie du titre « Spirit » ( extrait du fameux split), pour un taux anormalement élevé d’abus de lectures inconsidérées et incontrôlables par des fans de musiques indie. De l’autre côté de l’échiquier de l’esprit garage, le quatuor lyonnais Not Scientists active sans complexe, sur les scènes du monde entier son punk énergique et fédérateur dans la lignée des fameux et mythiques Hüsker Dü et Wire. Sur scène, Not Scientists, c’est tout simplement frontal, efficace et massif, sans aucun artifice et autres bavardages superflus. Histoire de conclure comme il se doit les hostilités, le sélecteur de circonstance, Eddy Gasoil se fera un malin plaisir d’abreuver, jusqu’à la lie, la foule survivante avec sa sélection animale de 45 tours électriques, trépidants et dansants.

Partager cet article avec un ami