[Sorties] 5 soirées et festivals immanquables en novembre 2021

Symbolisé par le festival historique les Femmes S’en Mêlent, et d’ailleurs sans l’avoir prémédité, voici un article « Sorties » qui rend compte de la présence décisive et passionnée des musiciennes sur scène pour le mois à venir, à l’image de Thérèse, Laetitia Sheriff, Leal Nease, du duo Ottis Cœur, mais aussi de Rebecca au sein de Lulu Van Trapp ou encore de Chloé Barabé et de Mathilde River à la manœuvre dans We Hate You Please Die… Loin des débats stériles, des discours lénifiants et rétrogrades, ces artistes montrent que la place des musiciennes est assurément sur le devant de la scène !

Les Primeurs de Massy et de Castres

Du 3 au 6 novembre 2021

Cela fait déjà 24 ans que Paul B, scène de musiques actuelles de Massy, accueille celles et ceux qui ont sorti leur premier album dans l’année. Un rendez-vous incontournable donc pour découvrir et aussi réunir sur scène de très beaux spécimens français (Fantomes, Silly Boy Blue, Gisèle Pape, P.R2B, Lonny, Crimi, Alban Claudin…) et quelques invités internationaux à l’instar du soulman incandescent d’Atlanta Desmond Myers et de la douce révélation pop bruxelloise Noé Preszow. Doublées depuis 2015 d’une seconde étape au Lo Bologason de Castres, Les Primeurs portent décidément bien leur nom tant elles servent chaque année de rampe de lancement à cette nouvelle scène musicale pleine de vie et d’avenir. Parmi tous ces brillants artistes à applaudir à tout rompre du 3 au 6 novembre, on citera la cyberpop révélatrice de Prudence, le rock rageur et dévorant d’Animal Triste, la transe créole incarnée d’Aurus, l’euphorisante créativité des Lulu Van Trapp, l’irrésistible groove jazzy des NCY Milky Band et le post rock dantesque de Bruit ≤. Une bien belle colonie de vacances.


Les IndisciplinéEs

du 4 au 13 novembre 2021 à Lorient

La 16e édition des IndisciplinéEs sera explosive. Et ce n’est certainement pas l’affiche co-signée par l’illustrateur Clément Vuillier et la graphiste Lysiane Bollenbach qui nous dira le contraire. Investissant l’Hydrophone pour la majeure partie de ses concerts, l’incontournable festival indé du Pays de Lorient rassemblera jusqu’à la mi-novembre des pépites rock et pop à haut degré d’exigence. Une programmation à l’image de la soirée d’ouverture du 4 novembre réunissant le sadcore poignant et renversant de la Brightonienne Dana Margolin et son fameux band Porridge Radio, la bedroom pop pleine d’astuce des Parisiens de Music on Hold et le grunge rafraîchissant et authentique des Barcelonaises de Mourn, emmené par ses deux frontwomen Carla Pérez Vas et Jazz Rodríguez. Autre soirée immanquable : celle musclée et ravageuse du samedi 6 novembre fraternisant la sensation post-punk bruxelloise Whispering Sons à la darkwave brûlante de Vox Low et à la rough wave percutante des gars sûrs de Structures. On vous dira forcément du bien de Thousand (samedi 13), héritier pop moderne de Bashung au phrasé fascinant et hypersensuel ; de Thérèse (vendredi 12), super héroïne hyperactive ultra passionnante archi pertinente qui a déjà cassé la pop en 2021 ; de Lael Neale (mercredi 10), Virginienne dont on s’éprend depuis 2015 et son premier album pour son folk lo-fi à l’honnêteté renversante.


Johnny Mafia et We Hate You Please Die

Samedi 6 novembre 2021 à La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)

Quelle affiche et quelle soirée explosive en perspective au club de la Coopé de Mai ! En matière de rock bruyant et énergique, les Johnny Mafia et les WHYPD sont en effet actuellement parmi les groupes les plus excitants de la scène indé hexagonale, qui ont d’ailleurs construit leurs réputations en grande partie sur scène. Les premiers auront à cœur de mettre en lumière la fraîcheur et l’incandescence de leur dernier LP en date « Sentimental », marqué du sceau du génial label Howlin’ Banana. Depuis plus de 10 ans, le rock est toujours pour eux le lieu d’une vraie insolence mélodique et d’une totale gourmandise artistique. Imperturbables et sans complexe, ils déploient leur musique comme un joyeux bordel organisé, addictif et jubilatoire. Les seconds, eux aussi à l’origine d’un somptueux LP, « Can’t Wait To Be Fine » perpétuent l’esprit frondeur et créatif du punk originel : leur cocktail détonnant, de bruit, de rythme et de générosité est sans artifice. Il y a quelque chose d’absolument urgent et viscéral dans leur manière très complice de jouer : parfait exemple avec la géniale session pour Bruitalismes, saluée il y a quelques mois dans nos colonnes.


Les Femmes S’en Mêlent

Du 15 au 27 novembre 2021

Festival itinérant entre Paris, Bruxelles, La Rochelle, Vendôme et Ajaccio, Les Femmes S’en Mêlent met chaque année à l’honneur, depuis sa création en 1997, les chanteuses et musiciennes. Il était impensable pour nous de faire l’impasse sur sa programmation exigeante, intransigeante et engagée qui célèbre et met un point d’honneur à exposer les talents féminins sous représentés dans le milieu musical et notamment sur scène. Parmi elles : la Chicagoane Natalie Bergman, muse glamour du label Third Man Records, au songwriting soul et gospel intemporel, intime et spirituel et le tandem garage rock parisien Ottis Cœur dont les deux frontwomen Margaux et Camille prônent l’émancipation féminine à grand renfort de riffs tranchants et de fuzz saturé. On adore, d’autant plus qu’on y retrouve également la Nantaise Coline Rio, échappée (juste pour un temps) d’INÜIT pour un projet solo tout en légèreté et onirisme, la Suissesse Black Sea Dahu à la voix androgyne renversante, la Reine américaine du tapping Kaki King ainsi que l’indie math pop du trio rennais La Battue.


Laetitia Shériff et Julie Bally au Festival Hibernarock

Samedi 27 novembre 2021 à Marcenat

Sans aucun doute, le quatrième album de Laetitia Sheriff, « Stillness » aura été l’une des plus belles surprises musicales de l’année 2020. En choisissant de se concentrer sur les fondamentaux de son rock électrique et élégant pour laisser libre court à ses émotions contrastées, la Rennaise s’est tout simplement hissée au-delà des habituelles comparaisons au niveau de PJ Harvey et Shannon Wright, et même près de Thurston Moore, dans ce jeu troublant entre candeur pop et déflagrations bruitistes. Aux côtés de Thomas Poli et de Nicolas Courret, elle a signé un ensemble de titres bouleversants et monumentales dont « People Rise Up », « Deal With This », « Sign of Shirking » et « We are You » qu’il nous tarde de découvrir enfin sur scène, et pourquoi pas lors de ce concert singulier au beau milieu du Cézallier, à Marcenat, dans le cadre du festival Hibernarock. En ouverture, se présentera l’étonnante Julie Bally : une présence, un tempérament, un vrai magnétisme, pour cette musicienne intrépide et généreuse, qui nous avait notamment épaté avec sa reprise noisy minimaliste de « Gouge Away » des Pixies.

Partager cet article avec un ami