[EP] Roni Alter – Roni Alter

Déclaration d’amour à la France, sa nouvelle terre d’accueil, l’EP éponyme de la splendide Roni Alter multiplie les genres afin de mettre en valeur sa voix toujours aussi précieuse et sensible.

Roni Alter - Roni Alter

Forte d’un parcours atypique, l’artiste israélienne Roni Alter continue à multiplier les facettes de ses projets musicaux, ce que prouve ce nouveau disque portement sobrement le nom de sa créatrice. Un opus destiné à ses fans français, avant tout, comme pour les remercier de l’accueil qu’elle a reçu depuis son arrivée dans l’Hexagone. Et force est de constater que la jeune femme ne fait pas dans la demi-mesure, tant les nouvelles chansons qu’elle nous offre contiennent d’émotions sensitives et fortes, touchant au sublime dans des arrangements à la fois simples et bien pensés. Une consolation lors de soirées solitaires, alors que la nuit vient et que le réconfort est nécessaire.

Dès les premiers instants de « Lazy », que l’on croirait tout droit sorti de l’un des meilleurs albums pop folk des années 70, le ton est donné et sera aussi beau que mélancolique. Car Roni Alter préfère avant tout donner toute son âme et la pureté de sa voix à son art, créant ainsi un écrin musical splendide et magique. Le dépouillement de la guitare et de quelques chœurs se fait omniprésent et entoure d’un halo mélodique sensuel le timbre de la musicienne (« Once Again » ou la ballade americana « What’s On Your Mind ? »). Elle excelle alors dans ses échanges avec les instruments acoustiques, tandis que ses aurores boréales vocales éclatent devant nos yeux pour nous toucher au plus profond de notre être (Circles). Un sentiment que l’on retrouve sur sa formidable reprise piano/chant du « I Follow Rivers » de Lykke Li, moment apothéotique qui achève de nous prouver qu’elle restera toujours une créatrice à part, sensible et pudique.

Il y a, chez cette émouvante compositrice, la sensation prégnante de vivre des mélopées à fleur de peau, cachant leur valeur émotionnelle sous une fausse nudité ; la pureté doit apparaître dans la simplicité des accords, dans la fragilité de pistes destinées à devenir immortelles. Le disque s’inscrit comme un formidable témoignage de l’amour que Roni Alter porte à son nouveau chez-soi, à cette capitale tumultueuse qui, finalement, lui donne la force de plonger à corps perdu en elle-même pour exprimer en toute liberté ces instantanés presque photographiques de ses errances. Des images mentales que l’on ne peut qu’apprécier à leur juste valeur, avant de se noyer dans leurs couleurs et teintes épurées et sublimes. Et de la remercier pour nous avoir donné tant de plaisir à la découverte de cette invitation dans son monde intérieur, en toute simplicité.

crédit : Amit Israeli
crédit : Amit Israeli

« Roni Alter » de Roni Alter est disponible depuis le 8 avril 2016.


Retrouvez Roni Alter sur :
FacebookTwitterSoundcloud

Partager cet article avec un ami