[Live] Rock en Seine – dimanche 24 août 2014

Dimanche 24 août, dernière escale à bord du vaisseau de Rock en Seine. Malgré la grisaille et avant même de poser les pieds sur le site, on aperçoit déjà depuis le cockpit une terre peuplée de petits individus dansant au fil d’un parcours musical, encore une fois, extraordinaire. Avec cette dernière journée, le festival atteint d’ailleurs son record de fréquentation en affichant complet pour la troisième fois, cumulant ainsi pas moins de 120 000 spectateurs venus de partout et d’ailleurs.

crédit : Livie Collet
crédit : Livie Collet

À peine a-t-on atterri sur la terre ferme, que les enceintes de la Grande Scène nous propulsent dans les airs jusqu’en Australie, où le groupe de hard rock Airbourne nous donne une leçon de solfège pour savoir comment enflammer les terriens à l’aide d’une simple guitare… lors d’un dimanche après-midi pluvieux.

Airbourne - crédit : Mauro Melis
Airbourne – crédit : Mauro Melis

Histoire de reposer un tant soit peu nos tympans, on part en direction de la Scène Cascade pour un concert qui va de pair avec la météo. Sous nos yeux encore mi-clos, les quatre Venus de Warpaint tentent de réchauffer la foule. On s’agglutine donc les uns contre autres pour partager un peu de chaleur, mais le girls band ne pète pas le feu et on frôle l’éclipse tellement il commence à faire sombre.

Warpaint - crédit : Sarah Bastin / SFR Live
Warpaint – crédit : Sarah Bastin / SFR Live

On migre donc vers la scène Pression Live, où les Londoniens crasseux de The Fat White Family ne manquent pas à leur réputation. Pas moins de cinq minutes après leur arrivée sur scène, les pintes de bières volent déjà dans les airs, avant que s’en suivent les chemises. Néanmoins, rien de tout cela ne semble déranger le public. Au contraire, la foule assez dense danse et manifeste son contentement en sautillant.

The Fat White Family - crédit : Livie Collet
The Fat White Family – crédit : Livie Collet

Si vous aimez les surprises de début de soirée, vous avez sans doute apprécié celle que vous a réservée Janelle Monáe. Plus qu’un simple concert, Janelle et son groupe livrent un véritable spectacle au milieu d’un décor en noir et blanc, hypnotisant. Danseurs, saxophonistes, chœurs et pianistes, tous jouent leurs rôles et récitent de façon musicale leur partie de la comédie. La reine du bal, quant à elle, fait résonner sa puissante voix entre deux danses endiablées et ravit le public qui semble avoir vu passer un -très bel- alien.

Janelle Monáe - crédit : Livie Collet
Janelle Monáe – crédit : Livie Collet

Maintenant que le blues du dimanche a été balayé à grands coups de pieds bien agités, on va serrer la main aux incroyables nomades de Tinariwen. Dans une langue presque magique, ces talentueux musiciens nous ensorcellent et sèment en nous quelques grains du désert, dont ils font la visite en costume traditionnel. En transe, on entame même quelques pas de danse avec l’ainé de tous.

Tinariwen - crédit : Livie Collet
Tinariwen – crédit : Livie Collet

Il est temps cependant de faire un dernier tour du côté de chez Pression Live, dont la programmation est placée sous le signe de la reconversion. Au cours de cette dernière escale, on a notamment pu apercevoir les deux rares spécimens musicaux que sont Thurston Moore et Stephen Malkmus, respectivement leadeurs des emblématiques groupes Sonic Youth et Pavement. Rugissant dans leur micro, les deux bêtes de scène ont su tenir leur réputation à la hauteur de nos exigences.

Arc en Seine - crédit : Livie Collet
Arc en Seine – crédit : Livie Collet

Au final, cette escale de trois jours à bord du vaisseau Rock en Seine, aura permis à pas moins de 120 000 extra et intra Parisiens de voler en orbite autour d’une planète extraordinaire.
Grâce à une météo propice à l’exploration, l’équipage a pu suivre sans difficulté les itinéraires musicaux proposés par un carnet de bord riche en surprises et découvertes.
Des spécimens chantant et dansant, comme Joey Bada$$ et Janelle Monáe, ont notamment été aperçus pour la première fois sur un site d’exploration musical français.
Pour les plus curieux, diverses conférences ont eu lieu afin de tout savoir sur ces êtres étranges que sont les artistes.
Des shops ont également ouvert leurs portes pour proposer les productions sonores de ces drôles de créatures. Les plus aventuriers à bord ont même eu l’occasion de se restaurer aux stands de spécialités culinaires de par delà les frontières.
En dernière note du rapport d’exploration, on mentionnera que malgré un record de fréquentation pour cette édition 2014 du festival Rock en Seine, les milliers de petits bonshommes venus pour l’occasion ont pu fouler le sol d’un site extraordinairement bien entretenu.


Retrouvez Rock en Seine sur :
Site officielFacebookTwitter

Un grand merci à Mauro Melis et Sound of Violence pour la photos de Airbourne ainsi que ainsi qu’à Sarah Bastin / SFR Live pour celle de Warpaint.

Partager cet article avec un ami