[LP] Maïa Vidal – You’re The Waves

Après avoir entamé sa quête spirituelle de l’amour et de ses bouleversements humains et artistiques au travers du magnifique EP « The Tide », Maïa Vidal offre un long format empli de mélodies suaves et profondes, d’arrangements simples et directs ; mais elle nous montre également son visage le plus épanoui et apaisé grâce à une musique destinée à devenir intemporelle.

Maia Vidal - You're The Waves

En introduisant les dix titres de son nouvel album, « You’re The Waves », avec l’entêtant et optimiste « Bones », Maïa Vidal démontre, dès les premières secondes, que ce nouvel effort sera résolument tourné vers des cieux heureux et motivants. Car, après le fulgurant EP « The Tide », mélange d’intimité et de beauté transcendantes, elle offre une palette de teintes nous faisant parcourir en sa compagnie l’arc-en-ciel lumineux de la découverte impromptue des sentiments les plus enfouis, mais pourtant si bienfaiteurs. Le disque, à l’image de sa magnifique pochette, est brillant et nous invite à contempler autant de facettes que de pastels. Et bien qu’elle se pare d’un voile pudique mais révélant toute sa beauté, la chanteuse se met ici à nu, par besoin et envie de montrer aux plus dubitatifs que, oui, la plénitude amoureuse existe. Et qu’elle l’a rencontrée, ce qui a provoqué ce besoin immédiat de l’exprimer de la plus merveilleuse des manières.

Tout est question de changement, d’introspection pour mieux grandir et laisser la fleur s’ouvrir dans la lumière. Porté par l’envoûtant « The Tide », You’re The Waves est épidermique et offre une affection immense, une sincérité expressionniste touchant au sublime. Qu’elle invite à la danse les rythmes les plus excitants (Mama (Told Me So), Eyes Ears Lungs Lips) ou se fasse confidente et pudique (Infinity, The Long Dry Road), Maïa Vidal soigne chaque détail et transforme même des arrangements électroniques en voix organiques et pénétrantes. Les découvertes se suivent sans jamais se ressembler et démontrent une universalité mélodique intelligente et incroyable (le remarquable et complexe « La Luna »), chassant tous les doutes sur la capacité de la musicienne à entreprendre un périple dont elle élimine avec perfectionnisme et intensité chaque aspérité. Gardant toujours à l’esprit, dans sa démarche, le dessein viscéral et poignant des expressions sensitives de l’âme humaine, elle déroule ses parchemins avec délicatesse, en conservant à l’esprit l’importance de ses enluminures harmoniques pour parvenir à ses fins (El Azar).

Dans ces écrins finement ciselés et apprêtés, elle laisse s’insérer une voix dont la fragilité naturelle se mue en affirmation. Son langage devient universel, passant d’une nationalité à l’autre avec naturel et savoir-faire, et prouvant ainsi, si besoin était, que les frontières des fresques de la passion sont à jamais inutiles. L’œuvre devient globale et, avant tout, sensible. Au moyen d’un pinceau bientôt paré de mille couleurs, elle dessine les contours de la passion, du don de soi dans une relation imprévisible et salvatrice. Elle emmène chacun de nous vers l’exploration de la sagesse, de la paix que le couple, parfois inconnu, décide enfin de vivre à un niveau qui n’est offert que rarement. Chaque note, chaque accord est imprégné d’une béatitude qui ne sombre jamais dans l’exagération, mais toujours et précisément dans la contemplation d’un destin à jamais bouleversé. Une renaissance, autant que la confirmation d’un talent rare et indispensable.

crédit : Renaud Monfourny
crédit : Renaud Monfourny

Alors, il faut se laisser porter par tous les charmes éclatants de « You’re The Waves » ; prendre la vague et permettre à la beauté de nous étreindre, toujours plus, vers les rivages d’une terre pure et onirique.

« You’re The Waves » de Maïa Vidal, disponible le 25 septembre 2015 chez Crammed Discs.


Retrouvez Maïa Vidal sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami