[Live] King Dude et Movie Star Junkies au Connexion

C’est une véritable double leçon de death folk qu’on a prise jeudi dernier au Connexion : deux faces d’une même musique. Comme dans un cabaret moribond, on s’y est fait conter la vie qui s’épuise.

Movie Star Junkies © Chris Rod
Movie Star Junkies © Chris Rod

Poussez la porte. Dans un saloon déglinguos les verres volent, les pionniers sont saouls. Un échevelé hurlant fonce sur vous, vous agrippe le col et vous balance son urgence à vivre et à mourir. Derrière, imperturbables, humbles, quatre musiciens et une foule de sons, hétéroclites. Vous êtes arrivés un 14 mai 2015, vous ne repartirez pas, vous ne vous attendiez pas à ça, vous entrez en transe, vous levez votre verre, vous entrez en transe, vous ne vous attendiez pas à ça. Il crie, il conte, il chante, il gesticule, il danse, il force l’intensité en fait sous vos yeux, le dandy plein de superbe et d’emphase.

Bluesy, punk, folk, folle, c’est la fête des désespérés qui se cherche là une place. Vous sentez bien vos veines gonfler : ce qu’ils vous ont transmis, c’est un virus, une démence. Vous vous voyez jeter votre verre, monter sur les amplis, mourir par terre. Modestement, vous vous contentez de rester yeux écarquillés, tête balançant. Vous êtes au Connexion et bientôt le son n’est plus. Vous avez écouté les Movie Star Junkies.

Acte II : Déserté, le saloon reste moite, cette fois plongé dans la pénombre, seulement trouée d’un point de lumière crue tombant sur l’arête du visage d’un folkeux comme on n’en fait plus. Lonesome cowboy tout vêtu de noir, King Dude (rien que ça…), de sa voix rauque, traîne une mélancolie nourrie au whisky. Ne vous arrêtez pas au décorum qu’il met en place : forcé, comme sa voix dont il étire démesurément le vibrato.

Nous on la suit, cette voix, jusqu’à ce point de rupture où elle vient mourir, un peu écorchée, à l’image d’une finitude humaine incontournable qui donne matière et poésie à cette bande-son venue du purgatoire. Égrenant ses ballades mortuaires avec une vraie classe minimaliste, King Dude chante amours perdues et solitude existentielle, arrêtant le temps sur un crépuscule infini.


Retrouvez Movie Star Junkies sur :
Site officielFacebook

Retrouvez King Dude sur :
FacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami