[Clip] Grimme – I’ve Gone to Sleep

Certainement l’une des chansons les plus enivrantes de « The World is All Wrong but It’s Allright », « I’ve Gone to Sleep » semblait difficile à mettre en images sans perdre sa valeur à la fois évocatrice et intime. C’est pourtant chose faite, et d’une manière admirable et collant parfaitement à l’atmosphère originale de cette piste obsessionnelle. Continuant à construire son œuvre d’art globale au fil des rencontres et des opportunités, Grimme expérimente, mélange les visions et le son, et fait du rêve une réalité à la fois sombre et chargée d’indices nous menant, lentement mais sûrement, vers la libération de nos appréhensions.

Après avoir signé une pierre angulaire de la musique de 2017, Grimme poursuit une route pas forcément aisée, mais en demeurant continuellement animé par la recherche d’une perfection dans laquelle il se découvre, tout en ouvrant nos yeux clos sur des beautés insoupçonnées et pourtant à portée de main. Dernier exploit en date, et pas des moindres, l’illustration visuelle du sublime « I’ve Gone to Sleep », créé en compagnie du prolifique et imaginatif Guillaume Genetet, aurait pu n’être qu’une succession de négatifs collés les uns aux autres, d’éclairages obscurs ou difficiles à comprendre. Il n’en est rien, au contraire ; ici, la ville, personnage à part entière fait de carton et de paroles scintillantes, s’éveille au son d’un titre parfait pour animer les murs statiques d’une cité bientôt bouleversée. Précis et sobre, le décor se confond avec le chant et l’instrumentation, formant une entité à la fois rêveuse et cruellement belle.

Chaque bâtiment, sous une pluie mêlée de neige fondue, devient le personnage d’une histoire sans paroles, le lieu de mystères insoupçonnés qui se cachent derrière les murs lisses et gris s’éveillant au rythme des sons et des arrangements. Tout s’anime, du passage furtif des moyens de locomotion à l’apparition du compositeur sur les façades les plus nues. Le regard se met en mouvement, contemple, s’émerveille et scrute ce qui se déroule dans les bas-fonds, les ruelles et à la surface des briques, mettant en marche une existence propre à des bâtiments de plus en plus fascinants. Ciel chargé de promesses et de résurrection, « I’ve Gone To Sleep » explose, illumine, ressuscite l’endormissement fatidique d’un lieu trop commun ; alors qu’avec un soupçon de fantaisie et d’amour historique de chaque édifice, le miracle est là, et opère. Lumière, splendeur, extase ; on existe grâce à ces constructions souvent intimidantes, mais qui sont les demeures de nos plaisirs les plus profonds.


Retrouvez Grimme sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami