[Live] Green Day à l’Accor Hotel Arena

Le 18 juin dernier, Green Day enflammait Paris et son Accor Hotel Arena lors d’un concert des plus mémorables, qui rendait hommage à deux de ses albums phares ; « American Idiot » et « Dookie », joués tous les deux dans leur intégralité. Frôlant les trois heures de concert avec 35 chansons jouées, la soirée a connu son lot de fans comblés.

Green Day © Gabrielle Ravet

Après le ska punk californien de The Interrupters généreusement envoyé par la charismatique Aimee Allen (dont une reprise du « Bad Guy » de Billie Eilish) en première partie, c’est sur un « Bohemian Rhapsody » repris à l’unisson par Bercy que débarque, trébuchant, l’incontournable Drunk Bunny sur la chanson des Ramones, « Blitzkrieg Bop ». Le public donne tout et est déjà chaud bouillant !

Effets pyrotechniques, explosions, décors géants et un catwalk sur lequel Billie Joe Armstrong court pour se rapprocher de son public : le public parisien en prend plein les mirettes dès les premières minutes sur « The American Dream is Killing Me » ou l’un des derniers singles de l’album « Saviors ».

Petit à petit, c’est un décor dédié à l’album « Dookie » qui apparaît sur scène, avant que l’album soit entièrement joué. Billie Joe Armstrong nous donne peu de répit, alors que toutes les chansons s’enchaînent quasiment sans pause.

Après avoir joué les classiques « When I Come Around », « Burnout », « Basket Case » ou encore « Welcome to Paradise », le groupe enchaîne avec « Know Your Enemy », sortant tout droit de l’album « 21st Century Breakdown ». Armstrong fait monter une fan sur scène, pendant qu’un nouveau décor, cette fois-ci aux couleurs d’« American Idiot », se dévoile en arrière-plan.

Dès les premières notes de la chanson éponyme, la foule se déchaîne de nouveau de titre en titre, avec circle pits, mosh pits, crowdsurfers, rythmés par les fameux « eeeeh oooh ! » entonnés de temps à autre par le frontman californien. Si bien que les fans sont inarrêtables, malgré les deux premières heures déjà au compteur. Rarement une telle énergie a pu enflammer Bercy sur une si longue durée, jusqu’à la clôture du concert par l’emblématique « Good Riddance (Time of Your Life) ».

Nous retenons de ce concert un Green Day toujours aussi généreux d’année en année, venant offrir à ses fans un véritable échange et un spectacle des plus mémorables. Le public en ressort conquis, espérant peut-être un retour prochain où plus de chansons de leur dernier album « Saviors » seront jouées, alors seulement trois d’entre elles seront jouées en live ce soir-là avec « Dilemma », « The American Dream is Killing Me » et « Bobby Sox ». Une soirée néanmoins sous le signe du Tré Cool.


Retrouvez Green Day sur :
Site officielFacebookXInstagram

Gabrielle Ravet

Gabrielle Ravet

Je suis Gabrielle mais vous pouvez me surnommer Gaby. Après 5 ans de vie et d’études à Londres, je travaille depuis presque 2 ans à Paris dans la photographie commerciale en tant qu’assistante de postproduction. J’ai toujours été passionnée par les concerts et la photographie, donc quoi de mieux que combiner ces deux passions en devenant photographe de concerts ? Une anecdote musicale ? Je suis montée sur scène avec Green Day au Download Festival 2017 pendant « Longview » !