[Clip] David Assaraf & M – Papillons bleus

La tragédie funéraire d’un ultime instant avant la fin. Quand les vérités, même les plus indicibles, se révèlent aux yeux d’une victime beaucoup moins innocente qu’elle n’y paraît. « Papillons bleus », poésie aux aspects de conte cruel, ancre le drame dans un écrin rouge sang où évoluent les caractères coupables de nos propres inhibitions. 

Scène de famille ordinaire. Vue d’ensemble d’un enterrement, d’un dernier adieu hors de l’espace et du temps. Déjà, sur son poignant « Ceux qui dorment dans la poussière », David Assaraf avait offert à son duo avec M une place centrale, un engrenage transformant l’oeuvre en constat empli de regrets, puis en affirmation de la volonté, même brisée, d’un artiste sublime et mélancolique. Dès lors, le film illustrant « Papillons bleus » se devait de transcender la simple performance visuelle. De transfigurer la prose humaniste et émotionnelle d’un opus rare, ténébreux autant que purificateur. Le sang, n’apparaissant jamais à l’écran, imprègne les teintes et rideaux rouges du décor, tandis que le personnage interprété par Lambert Wilson, pâle cadavre en proie aux ultimes tourments, s’en voit privé. Mais l’expressivité des visages confond cette absence de fluide vital : la valse mélodique, chorégraphie d’une Mort tentatrice et séductrice avec sa victime, offre des secondes d’une bouleversante sensualité, procurant une dimension supplémentaire aux pictogrammes inoubliables gravés sur pellicule.

La réalisation d’Axel Courtière est précise, inspirée, profonde. Chaque plan nous fait retenir notre souffle, nous fascine, nous incite à nous identifier à ces protagonistes qui, en un peu plus de trois minutes, tombent inconsciemment le masque. Cruel et onirique, « Papillons bleus » est une offrande esthétique exceptionnelle et maîtrisée. L’angoisse éclatante et profonde du battement de cœur final, avant le néant et l’évaporation sublime, bien qu’emplie de regrets et de non-dits, de l’âme.


Retrouvez David Assaraf sur :
Site officielFacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami