[Clip] Chasseur – Au lointain

Le ballet des requins déjà aperçu dans « Ailleurs » se développe et s’intensifie, visuellement et musicalement, grâce à « Au lointain », où Chasseur cherche une réponse à la place qu’il se doit d’occuper tant pour lui-même que pour nous.

Sur un fond électro apte à la chorégraphie, « Au lointain » se pare de mille et une couleurs, enchaînant les figures de squales familiers dans l’univers de Chasseur pour une danse aussi belle que dangereuse. Au milieu d’eux, il en demeure un, noir, nageant à contre-courant comme si cela était dans sa nature, comme s’il s’agissait de sa raison d’être. Il devient notre point de mire, la créature qui, par son individualité, voit au-delà des apparences, loin devant les rythmes classiques et mécaniques de la majorité.

La répétition, cependant, s’immobilise. Pour acquérir sa personnalité, Chasseur ne fait pas que dépasser les apparences, les automatismes ; il incite d’une part l’être aimé et, d’autre part, toutes celles et tous ceux qui l’écoutent et le regardent, à suivre son exemple. Les teintes disparaissent, le vide s’étend. Au cœur du tumulte en pause, quand l’obscurité s’installe, tout fait sens. La boucle temporelle se replie sur elle-même mais demeure à jamais modifiée. « J’attends, je biaise ». Suivre les chemins obscurs pour parvenir à l’illumination, enfin.

« Crimson King » de Chasseur, sortie en octobre 2020.


Retrouvez Chasseur sur :
FacebookInstagram

Partager cet article avec un ami