Catholic Spray – Earth Slime

Le rendez-vous était donné ce vendredi au Jardin Moderne pour le festival Roulement de Tambours. Passage éclair, à peine le temps d’assister à la moitié de la prestation du deuxième groupe, juste celui de noter le nom du combo en espérant ne pas oublier d’aller fouiller les limbes de l’internet le lendemain…

Catholic Spray - Earth Slime

Il faisait beau ce dimanche lorsque j’ai cliqué sur le bouton play, le volume à fond, les fenêtres ouvertes pour profiter du soleil… je n’aurais peut-être pas dû. Ces derniers temps, j’étais plus habituée à noyer mes oreilles de sons doux, joliment et finement enregistrés. Et voilà qu’une tornade vient réveiller ma période « ado-rebelle » en même temps que mes voisins qui se doraient la pilule sur leur balcon. Leurs lunettes de soleil braquées sur moi, j’ai vite compris qu’ils n’approuvaient pas le son cradingue des minots de Catholic Spray.

Earth Slime n’est pas un OVNI débarqué d’on ne sait où comme pourrait le laisser croire sa pochette sur laquelle nous retrouvons l’étrange, mais non moins avenante femme à trois seins de Total Recall (un peu comme cette vieille copine de lycée que tu croises toujours dans ce même bar. C’est parce qu’elle y a élu domicile, mais ça, tu le découvriras d’ici quelques années …).

L’album n’est pas surprenant en soi donc, les gamins n’ont rien inventé. On y retrouve les mêmes ingrédients qui font les bons groupes « garage » influencés par la clique des punks et autres nerveux du slip. Guitares virevoltantes, basse chaloupée, batterie sauvageonne, paroles braillées, le tout saturé à l’extrême. Ma coloc’ ne comprend pas vraiment l’effervescence qui agite mes petons à l’écoute de bout en bout de l’album dégueulant ses petits refrains pop savamment cachés sous ses excès de bruits. Prise par la fureur des pistes qui s’enchaînent, des envies de ressortir la planche à roulettes pour dévaler les rues telle une tornade, bousculant les vieillards, sentant les courants d’air s’engouffrer dans mon t-shirt des Clash bien trop grand.

Les Catholic Spray m’ont fait régresser dans le bon sens. Moi qui avait perdu foi au rock’n roll « brut de décoffrage », aussi décomplexé que furieux. Voilà que la bande m’entrouvre la porte du Bad Born Label avec ses groupes aussi choupinoux que leur patronyme (et je me demande bien pourquoi je n’ai pas autant fouiné à la sortie de Faraway Land de J.C. Satàn), qui se retrouvent à la Cantine de Belleville (Carlos avait déjà tout compris à l’époque…).

Avec des textes aussi fins et poétiques qu’un bon camembert dans ton frigo, la marmaille est là pour s’amuser avec la rage et l’humour graveleux de jeunes adultes qui seraient scotchés à l’époque de l’âge ingrat.

Catholic Spray

« Earth Slime » de Catholic Spray, disponible chez Bad Born Records depuis le 1er mars 2013.

facebook.com/catholicspray
catholicspray.bandcamp.com

Partager cet article avec un ami