[Focus] Catfish Coast to Coast : Los Angeles

La première étape de Catfish Coast to Coast nous emmène sur la côte ouest des États-Unis, à Los Angeles. Rencontre avec Tamarind Free Jones, photographe locale, habituée à couvrir les salles de la mégalopole californienne. Elle nous raconte sa soirée au Troubadour en compagnie de Catfish and the Bottlemen !

Catfish Coast to Coast - Los Angeles


La salle : The Troubadour

Los Angeles est le foyer de grandes maisons de disques ainsi que de certains des lieux les plus célèbres et emblématiques de l’Amérique. Le Troubadour, créé en 1957, a vu défiler un flux constant de talents, à la fois locaux et internationaux, venus faire honneur à sa scène.

The Troubadour par Tamarind Free Jones

Elton John y a joué son premier concert aux USA, et c’est également là que Joni Mitchell a fait ses débuts à Los Angeles. Les grands chanteurs-compositeurs originaires de LA, Jackson Browne, Carole King, James Taylor et Linda Ronstadt, ont bâti leur public d’admirateurs à cet endroit. Led Zeppelin y a fait une jam session de trois heures, Van Morrison y a enregistré un live, Tom Waits y a été découvert et John Lennon et Harry Nilsson ont été célèbrement virés du lieu pour mauvaise conduite. Considérant sa grande réputation, la taille du Troubadour est une surprise pour certains, au vu d’une capacité réduite d’environ 400 personnes. Le concert a affiché complet un mois avant son déroulement, le 9 février.

Affiche Troubadour par Tamarind Free Jones


La photographe : Tamarind Free Jones

Tamarind Free Jones est tombée amoureuse de la photographie grâce à un Polaroid magique quand elle était petite. Elle tourne et photographie professionnellement plusieurs groupes et musiciens depuis quatre ans et aime la musique avant tout. L’approche photographique de Tamarind se fait du même point de vue qu’un musicien, en ce sens qu’elle a reçu une formation de musique classique indienne et écrit et enregistre des chansons indie-folk. Cela lui donne un avantage supplémentaire pour anticiper ce qui peut arriver, même si elle aime également être surprise. Parmi les artistes qu’elle a immortalisés par l’image, on compte notamment Tom Petty, Tom Odell, et quelques favoris de Los Angeles comme King Washington et Irontom.

Ses 5 images préférées

Coup de projecteur sur Larry

Larry Lau est le technicien guitare et l’extraordinaire roadie de Catfish and the Bottlemen. Ami d’enfance de Van McCann, de même qu’une présence que tous les grands fans des Bottlemen reconnaissent immédiatement, Larry est, et plutôt deux fois qu’une, « Le Cinquième Bottleman ». C’est pour cette raison que notre voyage inclura des moments choisis avec Larry pour chacun des concerts.

5 questions à Tamarind Free Jones

  • Quel a été ton moment préféré du concert ?

Tamarind : J’ai toujours adoré écouter une chanson acoustique et calme au beau milieu d’un moment étonnant. Musicalement, ça marche comme ça pour moi, j’ai envie d’en entendre une complètement à nu. La chanson acoustique « Hourglass » était probablement mon moment préféré du show, mais ça contraste avec tout le reste, qui était aussi incroyable.

  • Décris-nous le concert en cinq mots ou moins.

Tamarind : (Rires) Oh là ! Je veux être certaine de choisir judicieusement (elle marque une pause). Énergique, émouvant, passionné, habile, musical.

  • En tant que photographe, qu’est-ce qui t’a le plus inspirée durant le concert ?

Tamarind : J’ai aimé la manière dont le groupe jouait en étant à fond dans leur musique, en jouant pour tout le monde. J’ai aimé leur humilité et la reconnaissance qu’ils avaient pour un public qui était venu pour eux, connaissait leur musique et était clairement constitué de fans. C’est la passion qu’ils y ont apportée, leur manière de donner un sens à chaque chanson et à tout le monde dans la salle. La façon dont il a levé les yeux vers le balcon et les côtés de la salle, et fait en sorte de donner de l’énergie et d’établir un contact visuel avec tout le monde, de parler à chacun. Tu sais, il y a beaucoup de possibilités de photographier un spectacle comme celui-là. Il y a beaucoup de différents moments à saisir.

  • Quelle photo est ta préférée, et pourquoi ?

Tamarind : Sans hésiter, celle-ci (un portrait de Van, les yeux fermés). De tout ce que j’ai photographié, j’aime la simplicité et l’émotion sur son visage. Elle est en noir et blanc, une image super classique d’un chanteur. C’est en quelque sorte une photo hors du temps, mais elle montre aussi la musique comme… une fois que tu entends leur musique, tu peux la ressentir grâce à l’image.

  • Tu souhaites ajouter autre chose ?

Tamarind : J’ai vraiment été impressionnée. Je ne les avais jamais vus auparavant. C’était la première fois et j’ai tout de suite été captivée. Tu sais, il arrive souvent que tu doives avoir écouté la musique à de nombreuses reprises pour devenir familier avec elle, pour comprendre les chansons et les apprécier. Mais avec eux, j’ai instantanément profité de la musique et de leur concert. Cette expérience, je la revivrai chaque fois que je pourrai, c’est certain ! Je savais qu’ils allaient être bons puisque tu me les avais recommandés. J’y suis allé l’esprit ouvert. Quand tu entends des chansons enregistrées que tu aimes, tu ne sais jamais comment ce sera en concert. Et leurs titres que j’avais écoutés, ou les enregistrements que j’aimais déjà, tout ça ne laissait pas supposer qu’ils seraient aussi énergiques sur scène, à sauter partout, ou encore les solos de guitare… J’ai adoré ça. J’aime ce genre de concert enjoué.

Setlist par Tamarind Free Jones
Setlist pour The Troubadour de Los Angeles – 9 février 2015

Prochain épisode : Barboza, Seattle


Retrouvez Catfish and the Bottlemen sur :
Site officielFacebookTwitterSoundcloud

Retrouvez Tamarind Free Jones sur :
Site internetFacebook

Adaptation française par Raphaël Duprez

Partager cet article avec un ami