[Clip] Zaabriskie – To The Beat

Une fuite éperdue, une course contre la vie elle-même, ses travers et ses désespoirs. En quatre minutes passant sans crier gare de l’ombre humaniste à la lumière divine d’une éblouissante chorégraphie, « To The Beat » de Zaabriskie offre une nouvelle grammaire à l’art du vidéoclip.

Qui court après lui ? Pourquoi se précipite-t-il désespérément vers ce paysage vide, désertique et menaçant ? Ablaye Diop paraît, lors des premières secondes de « To The Beat », autant en détresse qu’en besoin urgent d’une libération quasiment vitale. On comprend rapidement que sa seule échappatoire va se révéler devant nos yeux, sans pour autant être capable d’anticiper sa façon de se manifester. Posément, lentement et respectueusement, Zaabriskie ne dévoile que quelques indices de « To The Beat » : une boucle samplée, des voix, un rythme dans les starting-blocks, prêt à lâcher son essence et ses intentions pour accompagner celui qu’il se doit de porter et de se conforter dans sa décision. Le court-métrage s’emballe, restructure l’idée même de narration. Il se découpe sans notion de temps ni d’espace, alternant ses séquences réelles ou imaginaires, ses aubes et ses crépuscules, ses sommets et ses chemins de traverse. Pourtant, la logique est implacable : car, sans les conséquences disséminées ici ou là, les causes n’auraient pas l’impact voulu par les musiciens et le réalisateur Pierre Edelmann. Une prouesse cinématographique que l’on rêverait d’admirer sur grand écran.

L’électro chargée de cristaux mélodiques de « To The Beat » se doit de suivre les évolutions de son héros ; ici, c’est le danseur qui dirige, pas les interprètes. il y a un respect rare dans cet échange précieux et formidable. Une confiance qui, se complétant au fil des plans, est bien trop rare de nos jours. Zaabriskie et Ablaye Diop touchent à la quintessence de l’art global, à la conjonction des muscles et des beats, des samples et des soubresauts d’un corps possédé par son environnement sonore et géographique. « To The Beat » joint les éléments organiques de l’existence grâce à son incroyable inventivité, remettant l’être au centre du cosmos. Une fable merveilleuse, sensible et en totale communion avec l’eau, la terre, l’air et le feu.

« Breathe Out » de Zaabriskie, sortie le 22 janvier 2021 (Balagan Music / Wagram Music)


Retrouvez Zaabriskie sur :
FacebookInstagramYoutube

Partager cet article avec un ami