[LP] Young Harts – Truth Fades

Depuis l’Auvergne, les quatre musiciens de Young Harts poursuivent tranquillement mais sûrement leur aventure rock. Après avoir aiguisé, en 2017, les appétits avec un premier EP très live et largement apprécié dans ces colonnes, ils dévoilent toute l’étendue de leur savoir-faire sur ce long format rock mid-tempo inspiré, qui n’oublie pas de placer de sacrées chansons au cœur de cette musique énergique généreuse et maîtrisée.

À l’évidence, sur ce nouveau disque, la signature de Young Harts tient énormément à la voix puissante et vibrante de Chris Boulton (The Elderberries), que le mix place très souvent au premier plan. Il livre en effet une partition particulièrement aboutie en jouant bien plus sur le lyrisme naturel et expressif de son timbre que sur des intentions plus directes et plus frontales. Plus largement, le placement des instruments induit un son très homogène sur ce LP : un son pur, sans excès et sans fioriture, propice à une écoute posée, révélatrice de nombreuses nuances dans le jeu de chacun. L’ensemble s’inscrit pourtant toujours dans les sonorités fièrement revendiquées par des instigateurs comme Hot Water Music, Samiam (« Single Out »), The Bronx… Si les aléas et les doutes de l’existence imprègnent largement les textes de ce nouvel effort discographique, les Auvergnats évitent soigneusement, très loin du maniérisme et de la caricature, les travers « emo » larmoyants dans lesquels se fourvoient malheureusement actuellement un paquet de groupes américains. Très rapidement, à l’écoute de « Truth Fades », s’entend plus que jamais ce plaisir de jouer et d’être ensemble, notamment sur « For A Life », dont les chœurs soutenus illustrent symboliquement et parfaitement cette osmose collective et cette soif de vivre (au sens propre comme au figuré).

Sans artifice, toujours basée sur un impressionnant trident rythmique guitare/basse/batterie à l’efficacité redoutable, la musique libère de véritables chansons rock – au sens noble du terme – à travers un sens de la composition peu commun. Complétant son tableau de hits inaugurés sur le précédent EP, Young Harts aligne tout simplement des tubes en puissance dans une veine certes classique mais diablement efficace. Ainsi, « Single Out », « Rearranged » et « Pace » évoquent par instants des références power pop comme The Lemonheads, The Replacements pour cette science du refrain imparable, et même Nada Surf pour ce soin mélodique permanent. D’autres sont certainement moins immédiats, suscitant la tension de manière plus sinueuse, mais aérant avec intelligence et sensibilité un tracklisting particulièrement cohérent et complet. Pour le coup, « Loyalty Through Time » se construit avec brio sur l’économie de la retenue, laissant progressivement monter l’émotion avec son humeur grave et mélancolique. Le résultat est particulièrement touchant et troublant. À l’inverse, « Figure Out This » démarre sur les chapeaux de roues pour mieux atterrir en douceur. « Breaking Season », quant à lui, joue la carte des contrastes, en versant tout d’abord dans le post-rock à tendance « emo » pour mieux revenir aux fondamentaux punk rock. Néanmoins, le background pluriel de cette réunion heureuse de passionnés, bien que puisant sa matière aussi bien du côté du hardcore (Julien aka Bounce) ou du hard rock (Chris) que du metal (Nicolas, bassiste) et du rockab’ (Yohan, batteur), aboutit avec bonheur à une véritable sobriété esthétique, qui empêche finalement de ranger le groupe dans des cases très déterminées. Ces musiciens expérimentés jouent ainsi à l’unisson avec beaucoup de maîtrise, de précision et d’intentions, là où d’autres privilégieraient avant tout l’attitude, le côté rentre-dedans et les marqueurs stylistiques. Portés par les alternances sons clairs/sons disto de l’ami Bounce à la guitare, ils osent même une parenthèse instrumentale post-rock sur « Strategy to Get Beers » et ponctuent « Intern » par un final électrique rageur, pas si loin du post-hardcore.

Si nous regardons bien trop souvent de l’autre côté de l’Atlantique pour trouver notre bonheur en matière de rock indé, il faut aussi savoir prendre son pied quand un plaisir aussi simple et sincère se manifeste. En d’autres termes, se laisser emporter par l’envie aussi communicative que celle de Young Harts et d’un album aussi humble que réussi.

crédit : Justine Séronde

« Truth Fades » de Young Harts, disponible depuis le 6 Octobre 2019 chez Joe Cool Records.


Retrouvez Young Harts sur :
FacebookInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami