[LP] Wolf Alice – Blush

Nouveau phénomène des pages du NME en Angleterre, Wolf Alice continue d’éblouir après son single « Fluffy », entre grunge féminin et indie pop mélodieux avec l’EP « Blush » sorti il y a déjà quelques mois.

Wolf Alice - Blush EP

4 titres, et suffisamment pour convaincre que la palette de styles que le quatuor londonien maîtrise ne s’est pas réduite, bien au contraire.
Ellie Roswell et sa bande sont plus omniprésents que jamais dans les magazines et dans les salles, puisqu’ils viennent d’achever une première tournée réussie en tête d’affiche, après un volet en première partie de Swim Deep, autre révélation des magazines indés anglais.

Début 2013 sortait le single « Fluffy », un hymne grunge pour adolescents, évoquant l’ennui et le bouillonnement intérieur pubères, avec en face B un « White Leather » pour midinettes, porté par la voix frêle de sa jeune et talentueuse chanteuse .
Wolf Alice joue-t-il de l’alliance entre le loup sauvage et la naïveté juvénile ?

Cette alliance, le groupe nous la jette en pleine figure dès les deux premiers titres de l’EP. Choix étrange que de commencer avec « Blush », cette ballade douce qui reflète un peu « White Leather », et qui fait rougir d’embarras avec ses premières notes maladroites, rattrapées ensuite par un refrain d’une efficacité certaine, où Ellie chante l’hymnique « punch drunk, dumb struck, pot luck, happy happy« .

Sur « She », second titre de l’EP, c’est le loup qui se déchaîne. Le grunge violent qu’il use rappelle cette fois-ci « Fluffy », mais avec bien plus d’arrogance et bien moins de groove. À voir également pour son clip pour le moins intrigant.

La fraîcheur de Wolf Alice est sauve grâce aux deux derniers titres, peut-être plus anecdotiques mais également plus sympathiques : « Nosedive » aurait pu figurer sur une B.O sautillante de films d’ados des années 90, et « 90 Miles Beach » rappelle un autre titre de Wolf Alice, « Leaving You », de par sa nonchalance blues-psyché ; une influence de plus que le groupe possède.

Wolf Alice

« Blush » sonne définitivement comme un premier EP : un peu m’as-tu-vu, un peu touche-à-tout, pas toujours très organisé. Mais c’est un bel et bien un travail prometteur, d’une authenticité certaine, et qui met en avant les qualités principales du groupe : son talent pour la punchline à la Julian Casablancas qui va droit au cœur des adolescents, sa diversité et son efficacité mélodique (que certains jugeront trop pop).
Affaire à suivre, l’album est en préparation.

« Blush » de Wolf Alice est disponible depuis le 7 octobre 2013 chez Chess Club.


Retrouvez Wolf Alice sur :
FacebookSoundcloud

Partager cet article avec un ami