[Entourage #78] Venus VNR

Sur le papier, Venus VNR a tout du phénomène artistique musical non identifié. Partagé entre une pop prête à défoncer les murs trop réducteurs de sa définition, tout en ancrant ses textes dans un besoin inné et bouillant de laisser exploser des pensées que certains jugeront violentes mais que d’autres considéreront comme nécessaires, le duo n’a aucune limite. Et c’est tant mieux ! Car, dans l’émancipation croissante de ce projet qui ne cesse de nous attirer dans ses griffes tantôt caressantes, tantôt acérées, il demeure une forme de soulagement, de remise à plat des clichés et des idées reçues. Visuellement et musicalement, Venus VNR maîtrise son sujet, son identité ; comme sur son dernier clip, « Blonde », où Led Zeppelin apparaît furtivement sur un t-shirt mais revendique un décalage spirituel rock annoncé et volontaire. Il nous fallait impérativement, et dans l’attente d’une interview plus complète, parler avec eux de leurs bonnes et mauvaises fréquentations, éléments primordiaux d’un univers à part, corrosif mais tellement cathartique.

crédit : Silvere Koulouris

Cadillac

On fait notre disque avec le même réal et sur le label. Son album est génial ! On a eu l’occasion de faire quelques unes de ses premières parties, c’était super formateur. Chaque soir, on reprend une claque. Puis les gars qui l’accompagnent sur la route sont bien tripants aussi. On a fait sa Cigale, c’était complément fou. Les public était méga bouillant. Je me rappelle que le mec qui est allé allumer nos micros sans fil avant le début du show s’est fait ovationner. On jouait tôt (genre 19H30) donc, depuis la loge, on imaginait une salle plutôt vide. En vérité, quand on est arrivé sur scène, on a halluciné de trouver une salle pleine à craquer ! C’était un de nos premiers concerts, on s’est éclaté malgré le stress. Un pur souvenir.


Michel

On s’est rencontré, avec Michel, dans le studio de notre réal. Le mec vient d’un patelin dans le Nord dans lequel on passe beaucoup de temps pour écrire. Il vient de lancer son projet, les mélodies et les textes sont super. Les visuels sont hyper lourds aussi. Je me rappelle qu’après un enregistrement, on a maté France – Urugay en bouffant des glaces chez lui. C’était bien. Le match était pourri mais ça nous faisait une excuse pour sortir un peu la tête du studio et pour squatter de la bouffe chez lui. RPZ LE 59 FRERE.


Solal Roubine

On a eu l’occasion d’accompagner Solal Roubine sur une session acoustique, l’année dernière. C’est de la pop hyper fraîche à la Mac Demarco. Allez écouter son premier EP qui fout le smile. Il a fait notre première partie pour la Release au Pop Up du Label, le 3 Octobre dernier. Félix a monté une team de jeux vidéo sur PUBG avec lui. Ca s’appelle les « Fast and Furieux », ça game vnr sur les serveurs le soir. Son pseudo, c’est « Bob Lee Swager », et à chaque qu’il fait un head shot il dit :  » Le swag n’appartient qu’à swager » au micro. C’est marrant. Aussi, une fois, on a eu un accident avec un camion-poubelle alors qu’il nous conduisait dans sa caisse en forme de pot de yaourt. Faites attention à lui sur la route, il est dangereux. Mais autrement ça va, sur le reste il est plutôt fiable.


Bleu Timide

Bleu Timide, c’est le groupe de Chapinator, qui nous accompagne sur scène. Le projet est tout neuf. Félix les accompagne à la basse sur certaines dates. Les titres sont super, avec de belles mélodies et tout (avis aux amateurs de fragilité). Chapi nous file des coups de mains sur les prod’ de Venus VNR, parfois. On a fait des sessions dans son appart l’été dernier. J’ai rarement eu aussi chaud, il habite sous les toits, l’air ne circule pas du tout, on était obligé de bosser en slip. En réécoutant les sons qu’on a faits là-bas, j’arrive à ressentir la canicule via mes écouteurs. Même les cactus crèvent dans son appart, tellement il y fait chaud !

Petosaure

On a découvert Petosaure au Festival Restons Sérieux du Supersonic . Sur scène, c’est dingo, il y a même un mec en costume trois pièces qui fait de la flute traversière. Depuis, on a eu l’occasion de se croiser en loge autour d’un tapoulet (un taboulet au poulet). C’était cool comme rencontre. On s’est dit que ça serait sympa de se faire un concert ensemble, un de ces quatre. Pour être honnête, on ne les connait pas beaucoup mais on kiffe vraiment ce qu’ils font, alors on a envie de partager un de leurs sons !



Retrouvez Venus VNR sur :
Facebook

Partager cet article avec un ami