[Clip] [Exclusivité] VAPA – Viscéral

Rentrer dans l’univers musical du producteur de musiques électroniques VAPA n’est pas nécessairement une formalité. Sous des airs faussement simples, chacune des compositions de son dernier EP « Mental » cultive un sens du détail fin et précis, un art de construire un développement à partir d’un minimalisme esthétique aérien et évanescent. Il faut donc savoir s’abandonner dans ces méandres synthétiques qui doivent autant à la techno la plus mentale, à la deep house la plus organique, à l’electronica la plus élégante. Les écoutes successives de son dernier EP bonifient littéralement les vertus immersives et englobantes d’un morceau comme « Viscéral ». Alors quand se présente l’occasion pour indiemusic, de présenter en exclusivité le clip associé à l’évolution électro mouvante du single, aucune hésitation, tant d’ailleurs les images et la mise en scène apportent un décalage narratif surprenant dans cet océan d’abstraction musicale et électronique que sublime en pointillisme la puissance des mots du philosophe Edgar Morin.

Un homme se réveille sur les berges d’une rivière, il est perdu, il ne sait pas pourquoi il est là. D’où vient-il ? Qu’a-t-il fait de sa nuit ? Une seule option semble l’habiter : fuir. Mais fuir quoi ? Le danger ? Le regard des autres ? La normalité ? Fuir un monde où il n’a plus sa place.  Sa course éperdue et désorganisée a certainement un but, un leitmotiv, un sens viscéral. Après bien des détours, il tombe enfin au milieu du dédale de la vie moderne sur une tribu. Une tribu qui pourrait devenir la sienne et l’aider à retrouver sa liberté.

Nous pourrions continuer de spoiler ce clip créatif, cryptique et elliptique, réalisé par Vladimir Chevalier, porté par la justesse du jeu de son acteur principal, Arnaud Ménard. Mais au-delà de son dénouement, de son aspect surréaliste et joueur, il sous-entend l’expression d’un message tout simplement militant au sens noble du terme, qui doit particulièrement tenir à cœur à David Raimbaud alias VAPA. Il n’est pas inutile de rappeler d’ailleurs que ce nom d’artiste est une abréviation de la formule de Coluche, résumant son regard acerbe sur la suffisance du monde politique, VAPA donc en référence à « Vous n’Avez Pas d’Avis ». La présence de la voix profonde et sage d’Edgar Morin au cœur du pont musical du milieu du morceau, amplifie la profondeur du message « poétique » pour une musique dont on a d’ailleurs – un peu trop souvent – oublié qu’elle était politique par essence.

En effet, la techno qui est née à Detroit au sein de la communauté afro-américaine s’est développée comme une réponse créative et résiliente face à la violence et à la dépression de l’ère post-industrielle. De manière assez logique (en tout cas, avec le recul actuel), ce mouvement naissant a trouvé un écho dans l’Allemagne réunifiée du début des années 90, concrétisant les projections prophétiques des mythiques Kraftwerk, à travers des clubs emblématiques comme le Tresor et le Berghain à Berlin, mais aussi le Bootshaus à Cologne où réside désormais souvent VAPA. Cologne, haut lieu de l’expérimentation musicale allemande et de l’innovation électronique depuis les années 50, reconnu depuis les années 2000 pour le dynamisme de sa scène techno à travers des labels emblématiques comme Kompakt et Traum Schallplatten. Indéniablement, aujourd’hui la musique de VAPA est marquée par l’atmosphère, l’histoire et le son électronique de Cologne.

Ces dernières années, la culture techno dans toute sa diversité, où le dancefloor se transforme en espace rituel et sensoriel, où la danse devient la voie d’une expérience physique collective partagée, a été profondément stigmatisée, en particulier en France, pour ne pas dire persécutée, par le vent de conservatisme réactionnaire et autoritaire qui souffle malheureusement dans les sociétés occidentales. Pendant la pandémie, cette culture a carrément été pointée du doigt comme une forme de décadence irresponsable et puérile, niant toutes ses dimensions culturelles, esthétiques, sociétales, etc., que met en exergue avec brio l’universitaire Guillaume Robin dans son livre « Berghain : Berlin Bacchanales » aux éditions Du Murmure. À sa manière, sans provocation, avec beaucoup d’esprit et de sobriété, VAPA défend « viscéralement » dans son dernier clip le droit de pouvoir communier et danser librement ensemble sur de la musique techno, et s’inscrit ainsi modestement, mais intelligemment dans ce mouvement planétaire majeur qui l’inspire avec tant d’intensité aujourd’hui.

crédit : Jean-Marie Jagu

« Mental » de VAPA est disponible depuis le 11 juin 2021 chez VAPA Records, Chancy Publishing et Wiseband.

VAPA est en concert ce soir aux Folies Angevines avant sa participation vendredi 3 décembre aux 43e Rencontres Trans Musicales, sur la scène Greenroom (Parc Expo).


Retrouvez VAPA  sur :
FacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami