[Session] Vanessa Wagner et Yoann Bourgeois – The Heart Asks Pleasure First

La sobriété élégante et inventive de cette session, initiée par la Blogothèque, souligne à merveille la précision et l’intensité musicale de la pianiste Vanessa Wagner, dans une interprétation magnifique, d’un thème désormais rentré dans l’imaginaire collectif, symbolisant justement le film « La leçon de piano ».

Vanessa Wagner a sorti cette année un disque rare, et tout simplement magnifique : « Inland ». En choisissant de reprendre des compositeurs atypiques comme Moondog ou Philip Glass, et bien sûr Michael Nyman, comme lors de cette captation sensible et décalée, elle démontre une indéniable volonté de rompre les barrières de principe qui séparent la grande des petites musiques. Voir ainsi la danse des mains de la musicienne sur le piano devient un plaisir immense, porteur d’une émotion simple et humaine. La concertiste ne cherche ni à impressionner ni à être démonstrative, elle est tout simplement juste. Chaque note, chaque silence, chaque frappe (nous oublions souvent que le piano reste une percussion) ne doit rien au hasard, il est réfléchi, habité et surtout porteur d’une intention respectueuse et amoureuse de l’œuvre.

Un balai étrange s’improvise alors dans cet aéroport vidé de son activité, symbolisant peut-être la modernité dans laquelle nous errons tous sans vraiment le savoir. La performance chorégraphiée du circassien Yoann Bourgeois intrigue donc puis nous interroge simplement sur les notions mêmes d’équilibre, de distance et de mouvement. Des notions qui résonnent en chacun d’entre nous, qu’il soit question d’amour comme de musique, qu’il soit question de danse comme de parcours de vie, qu’il soit question de cinéma comme de climat. Bien sûr, tout cela n’est que notre propre ressenti, car la musique n’a pas besoin de mot :  en voilà d’ailleurs, une preuve formelle qu’il convient d’apprécier pour ce qu’elle est, loin des analyses et de l’intellectualisation à outrance de l’art. Nous devons également saluer le travail de réalisation d’Elie Girard, qui a su conserver cette magie de l’instant avec ce parti-pris du plan séquence, et qui nous permet quelque part d’être littéralement immergés dans cette situation improbable et poétique.

« Inland » de Vanessa Wagner est disponible depuis le 26 avril 2019 chez Infiné.


Retrouvez Vanessa Wagner sur :
Site officielFacebook