[Interview express] Two Bunnies In Love

Interview express et décontractée en compagnie de Julien Monsallier (chanteur) et Pablo Valero (batteur) du groupe Two Bunnies In Love le soir de leur showcase à la fondation Ricard pour la sortie de leur EP « Manchester ». 4 pistes pour 4 questions, c’est parti !

Two Bunnies In Love © Solène Patron

  • On entend de plus en plus parler de Two Bunnies In Love depuis quelques mois, comment avez-vous construit votre univers musical, qu’est-ce qui fait le son TBIL ?

Julien : On ne cherche pas vraiment les choses, les choses transpirent d’elles-mêmes. On a la chance d’avoir des influences différentes et aussi un pot commun. Quand on enregistre, on ne se dit pas qu’il faut que ça sonne comme tel groupe. On a un héritage pop à la base…

Pablo : En fait, quand on compose, on ne se pose pas vraiment cette question. C’est à l’enregistrement qu’on cherche un son précis. C’est un travail plus appuyé. On est tous venu avec des influences assez différentes et en même temps on s’est tous bien entendu musicalement assez vite.

  • D’où vient votre nom de groupe ? C’est parce que vous étiez « In love » et chauds comme des lapins ?

Julien : Et bien, pourquoi pas ! C’est un beau programme politique !

Pablo : Il y aurait moins de guerres… On a tous un rapport aux lapins et à l’amour un peu…

Julien : une sexualité très débridée et assez partageuse. Enfin, tout va bien !

Pablo : Mon grand-père élevait des lapins aussi, on a grandi, mon frère et moi, au milieu des lapins, ça c’est pour le côté lapin et Julien c’est la partie plus affective…

Julien : C’est la partie débridée ! Mais on en reparlera… (rire)

  • Vous êtes les lauréats 2014 du prix Ricard S.A Live Music. Qu’est-ce que ça vous a apporté ?

Julien : Une grosse exposition. De super conditions pour progresser, se faire connaître. C’est un tremplin alors maintenant c’est à nous d’optimiser tout ça pour que ça ne s’arrête pas et que ça ne se transforme pas en pétard mouillé. On fait partie des jeunes en devenir, des espoirs. Si dans un ou deux ans, on entend encore parler du groupe, qu’on dise que ce groupe assure, eh bien ce serait cool.

Pablo : Des contacts, de l’expérience, des résidences, des concerts, des tournées, on a joué aussi avec des artistes confirmés. L’accompagnement de Ricard nous a permis de nous consacrer pleinement à ce projet et de le concrétiser. L’accompagnement est énorme au niveau de la communication, des concerts. On est passé d’un concert tous les deux mois à des tournées où on faisait dix dates en un mois dans de grosses salles, pleines de gens qui ne nous connaissaient pas et qu’il fallait charmer. Au-delà de l’accompagnement, le fait d’avoir des gens qui croient en vous, ça donne envie de continuer et de faire du mieux possible.

  • Et désormais, quels sont vos projets ?

Pablo : Partir en vacances (rire).

Julien : Se remettre au travail, finaliser des nouvelles compositions, en créer d’autres. Avoir devant nous un maximum de chansons et on verra dans trois ou quatre mois ce qui se passe, pourquoi pas sortir un deuxième EP ou un album. On ne sait pas, mais déjà travailler, progresser. On a progressé, mais on est encore loin du compte car la concurrence est rude. On va essayer de refaire des résidences aussi. Et puis surtout, faire en sorte que notre EP « Manchester » ait un bon rayonnement.


Retrouvez Two Bunnies In Love sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami