[Live] T/O et Hoboken Division au Joker’s Pub

Vendredi 5 février, sans le vouloir, le rock le plus abrasif de l’Est s’était donné rendez-vous au Joker’s Pub d’Angers. D’un côté T/O, projet dream pop caverneux de Théo Cloux, jeune protégé du label strasbourgeois October Tone, de l’autre Hoboken Division, duo delta blues garage nancéien révélé nationalement par son premier album « Arts & Crafts ». Récit d’une soirée passionnée et sauvage.

Hoboken Division
Hoboken Division

À 22h, les lumières s’éteignent pour accueillir Théo et sa bande de potes aussi impatients de jouer que lui. C’est le début d’un set fracassant et passionnément sombre, nourri d’influences post-punk, synthwave et shoegaze, qui évolue en live dans des sphères plus indisciplinées. T/O n’est pas le même sur scène : sourire en coin, regard charmeur, le jeune loup porte une musique hantée et grinçante, sans jamais offusquer l’auditoire tant il s’y prend bien. Presque facétieux dans son interprétation, le gamin alsacien prend un malin plaisir à jouer avec son public, lui rendant même visite le temps d’un titre où le câble de son micro lui servira de fil d’Ariane pour regagner la scène.

T/O © Fred Lombard

Du côté de ses complices, le jeu est implacable et attentionné, comme pour retranscrire au mieux ces sonorités d’antan et plus que jamais au goût du jour et de cette nuit. De la batterie agressive et franche à la basse profondément marquée, des nappes de claviers au jeu angoissant des grattes, T/O est bien du genre radicalement séduisant. Comme ultime cadeau avant de couper les amplis, le quatuor strasbourgeois se donnera passionnément sur la reprise habitée de « Silver Trembling Hands » des Flamming Lips dont les hurlements résonneront de longues minutes après le concert dans nos esprits encore bien agités !

Bien plus tard dans la soirée, sur les coups d’une heure de matin, alors que les paupières se font déjà lourdes, les Nancéiens d’Hoboken Division réveillent le public comme un shot d’adrénaline ultra concentré. Après avoir défendu ses compositions en duo pendant de longues années accompagnés d’une boîte à rythmes, c’est désormais en trio que le projet delta blues lorrain prend ses quartiers sur scène : Marie au chant et la basse, Mathieu à la guitare et aux chœurs et Thibaut derrière les fûts. Énergique, généreux, mais surtout autoritaire, Hoboken Division sait s’imposer ! La voix ambulante entre ses deux micros et les mains partagées entre l’harmonica et sa basse, Marie mène ses deux hommes à la baguette.

Hoboken Division © Fred Lombard

Mélange de passion et de frénésie, un concert d’Hoboken Division est comme un trop-plein d’amour donné sans compter, jusqu’au déchaînement des plus belles passions. Un peu lo-fi, complètement garage, intensément blues, le trio frénétique consume l’énergie d’un public déchaîné qui les découvre pour beaucoup. Tombé tour à tour sous les charmes vénéneux de Marie, de la complicité duelle qui se joue entre elle et Mathieu, et l’énergie généreusement libérée à la batterie par Thibaut, le public entre dans une transe rarement vue au Joker’s Pub, acclamant entre chaque piste la présence impeccable et la passion transpirante des Nancéiens. Et il faut bien l’admettre, l’alternative à la caféine (à l’instar de l’excellent « The Coffee Song ») pour tenir debout si tard tenait décidément bien aux ballades artisanales et bagarreuses de nos hôtes. Si ces diables du blues ont peut-être scellé un pacte avec nous ce soir-là, nous ne regrettons absolument rien !


Retrouvez T/O sur :
FacebookSoundcloudBandcamp

Retrouvez Hoboken Division sur :
Site officielFacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami