[LP] Tiny Fingers – The Fall

On croyait le post-rock pratiquement mort et enterré. Un genre qui n’était plus devenu que l’ombre de lui-même, dont le sens véritable se trouvait à jamais vicié par de nombreuses entités peu soucieuses de la liberté créatrice qu’il continue pourtant de vaillamment porter. Et le salut vient de là où on ne l’attend pas. D’Israël, pour être plus précis.

Tiny Fingers - The Fall

À l’écoute de « The Fall », titre ouvrant l’album éponyme de Tiny Fingers, on croit rêver : mélanger ainsi sonorités électroniques et riffs de guitares acides semble risqué mais devient immédiatement fédérateur. Et l’auditeur n’est pas au bout de ses surprises, tant le disque recèle de moments aussi inattendus que salvateurs. Une musique intelligente, sortie des entrailles d’un genre essoufflé et dont le reflet est toujours plus terni au fil du temps. Car il ne s’agit pas ici de simple post-rock ; au contraire, le groupe préfère contempler et s’approprier d’autres horizons, atmosphériques et parfois sombres. Comme ce fond de mer que la pochette nous montre. Une exploration de profondeurs aquatiques et lentes, posées et attirantes.

Et les découvertes se suivent sans jamais se ressembler, dans un tourbillon maîtrisé et incroyablement communicatif. D’aucune auraient tendance à qualifier l’art de Tiny Fingers d’expérimental, ce qui peut se comprendre à l’écoute de certains titres (Deuteronomy). Mais l’immédiateté et la frénésie électriques prennent radicalement le dessus (The Fall, The Other). On assiste ici à une fusion lente et brûlante de sonorités paradoxales mais rapidement chargées de soufre électronique (Traveller Soul), de désirs psychédéliques palpables (Eyes Of Gold, Nine of Swords) ou de souffles aériens transis et aussi bénéfiques que le courant qui nous emmène vers les abysses (Dispatcher). La respiration mélodique viendra d’une remontée à la surface mêlant à la perfection rock 70’s et élans guitaristiques modernes, pour contempler le soleil levant qui éclaire les futurs horizons harmoniques des musiciens (Music for the Sun).

Il est difficile de parfaitement décrire toutes les émotions que suscite « The Fall » ; le disque présente une multiplicité d’idées à la fois folles et intelligentes, qui prouvent à quel point ses géniteurs ont réfléchi et exploré les capacités de leurs instruments avant de faire naître ce monument, monolithe que les eaux ont à jamais englouti pour le laisser dormir dans le plus grand secret. L’écoute en devient alors quasi-religieuse, amenant chacun de nous à une introspection bercée de lents mouvements spirituels réconfortants et inédits. Écouter les créations de Tiny Fingers, c’est vouloir se délecter de ce qui nous entoure avec un œil nouveau, tout en acceptant de se regarder dans le miroir et d’aller au-delà du reflet qui nous est présenté. Là où la lumière ne pénètre pas, dans ces détails que la vision a tendance à obscurcir pour mieux les noyer dans une image qui demeure alors incomplète. Le tableau sonore qui nous est alors offert dissimule la pureté derrière les ténèbres visuelles et auditives de compositions en devenir, savantes sans être rébarbatives, sublimes sans être lassantes.

Tiny Fingers

Un LP aussi fragile que fondateur ; comment ne pas succomber à ces froides plages sur lesquelles on erre sans but précis, sauf pour mieux retrouver le plaisir de la nuit ? À écouter toutes lumières éteintes.

« The Fall » de Tiny Fingers est disponible depuis le 21 juillet 2015 chez Anova Music.


Retrouvez Tiny Fingers sur :
FacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami