[EP] Therapie TAXI – EP

On ne change pas une équipe qui gagne : avec ces quatre chansons fleurant bon la confession sans détour et la sincérité souvent crue mais pourtant totalement assumée, Therapie TAXI signe un opus franc du collier et rentre-dedans. Et ce, pour notre plus grand plaisir !

Décidément, Therapie TAXI ne fait rien comme tout le monde ; et c’est bien ça que l’on aime chez eux. Mélangeant, sans se soucier des réactions des uns et des autres, des mélodies entêtantes et des paroles saignantes et abruptes, le projet s’est fait une solide réputation de poil à gratter dans le paysage musical français. Et c’est bien ce qu’on estime et apprécie dans leur cas ; il y a quelques mois, « Salop(e) » avait le mérite de bien remettre en place une vision du couple et de la rupture beaucoup trop romantique, en rendant à César ce qui appartenait à… chacun des traîtres ayant conduit à sa perte ! Avec ce nouvel EP, la recette fonctionne toujours à merveille, voire mieux encore.

« Coma idyllique », entrée en matière – et en soirée – alcoolisée et dansante, définit tous ces moments de solitude que chacun d’entre nous a pu vivre un jour ou l’autre dans des fêtes qui ne nous ressemblaient absolument pas, et pendant lesquelles les substances hallucinogènes licites nous permettaient de perdre nos inhibitions, quitte à ne plus ressembler à rien mais à être prêts à tout. Sur un rythme hypnotique et entraînant, Therapie TAXI nous ouvre la porte à tous les vices, sans tabou mais en restant toujours droit dans ses bottes à travers les termes et rimes utilisés. Ce que confirmera « Jean Paul » qui, lui, a autant quelque chose de la figure initiatique que du vieux vicelard dont les mouvements, bien que saccadés, capturent sa victime sans aucun scrupule, dans la sueur et l’attirance. « Adena », fausse ballade sensuelle et électro, fait un signe au revoir en même temps qu’un dernier appel à la relation amour/haine qui, l’air de rien, fonctionne à tous les niveaux pour beaucoup d’entre nous ; constat amer mais tellement réaliste… Enfin, une errance dans « Pigalle », la scandaleuse et la sexuellement attractive, pour mieux laisser ses fantasmes éclater et posséder le narrateur dans une nuit enfin libre et capturant le cœur et l’esprit pour mieux les faire flancher.

Le voyage sur les terres cendrées et brûlées de Therapie TAXI n’est pas de tout repos, c’est le moins que l’on puisse dire ; mais, finalement, n’est-ce pas aussi libérateur et affolant qu’une bonne claque qui éveille aussi bien le corps que les sens ? Un infime défaut dans les rouages trop propres de la chanson française, qui fait du bien là où il fait mal ; franchement, on ne va certainement pas refuser une si belle invitation, en laissant la vertu de côté pendant quelques minutes bien envoyées, aussi violentes qu’un uppercut et aussi douces qu’une caresse. Empoisonnée, cela va de soi…

crédit : Margot Vigneau

« EP » de Therapie TAXI est disponible depuis le 10 mars 2017 chez Panenka Music.


Retrouvez Therapie TAXI sur :
Site officielFacebookTwitterSoundcloud

Partager cet article avec un ami