[Live] The Soft Moon au Connexion Live

La série des derniers concerts en salle de la saison, malgré l’envie croissante de buller à l’air libre, nous tient en haleine par la qualité de la programmation de certains d’entre eux. Au lendemain de son passage très remarqué au This Is Not A Love Song de Nîmes, The Soft Moon est venu le 2 juin dernier à Toulouse donner une leçon de froideur sans concession, que l’on attendait avec curiosité après une écoute un peu déçue par la teinte très club du dernier album.

The Soft Moon © Chris Rod
crédit : Chris Rod

En guise d’amuse-bouche, Phase Fatale ne fait pas dans la dentelle : dès 20h, c’est une tech ardue qu’il nous balance, là, comme ça, sans ambages, et que l’on essaie bon an mal an de suivre, à grands renforts de punch…

The Soft Moon. Extrême. Radical. Visuellement d’abord, le noir absolu, troué par les intermittences d’éclairs stroboscopiques. Dispositif épileptique. Musicalement, une froideur ultime. Plongez vos mains dans tout ce que la cold wave peut avoir de dérangeant, dans tout ce que le shoegaze peut avoir de crépusculaire, dans tout ce que le post punk peut avoir de désespéré.

Sur un rythme cocaïné d’antichambre de club berlinois, c’est une transe, une hypnose qui vous travaille. Et finalement, c’est une danse tribale qu’on débute à l’unisson, portés par ce trio de musiciens, eux, bien humains. Sous les trottoirs visqueux d’une urbanité déliquescente, les viscères, vibrantes, parlent encore, à nouveau : elles pleurent mais elles vivent. Un moment live d’une grande intensité, qui prend aux tripes.


Retrouvez The Soft Moon sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami