[LP] The Poison Arrows – No Known Note

Ne ressemblant à aucun des genres qu’il emprunte, du math rock au post-rock en passant par des élans punk toniques et électriques, The Poison Arrows donne naissance à un disque aussi intrigant qu’une succession de lumières inconnues et statiques dans un ciel étoilé. OVNI musical sans précédent, si ce n’est lors des premiers efforts du trio, « No Known Note » est une expérience scientifique qui aurait mal tourné, engendrant huit créatures mutantes issues de la même cellule vivante, mais ayant chacune modifié leur propre A.D.N en cours d’évolution.

Mieux se séparer pour que les retrouvailles n’en soient que plus puissantes ; c’est exactement ce qui est arrivé à Patrick Morris, Adam Reach et Justin Sinkovich lorsqu’ils ont décidé, en 2011, de mettre en pause The Poison Arrows. Peut-être trop de poisons vicieux et noirs avaient-ils coulé dans leurs veines, les poussant dans leurs plus extrêmes retranchements sonores et mentaux. Et pourtant, rien ne semble avoir changé dans la force incomparable qui émane de l’entité que forme le trio originaire de Chicago, à l’écoute de « No Known Note » : des visions cataclysmiques, des mirages éblouissants, des explosions nucléaires laissant leur marque sur nos peaux et dans nos esprits. Savant sans être prétentieux, ce nouvel album éveille les consciences, liturgie harmonique balançant dangereusement, sans jamais chuter, entre les sommets et les profondeurs.

Ange déchu retrouvant la terre poussiéreuse qui l’avait porté pendant quatre années auprès du projet, l’introductif « Augmented Algorithm » balance des guitares mécaniques, des rythmes huilés et en perpétuel mouvement, la conjonction de ces deux éléments fondateurs activant les mécanismes d’une machine implacable, vicieuse et hypnotique. Tournant son regard vers le vide et l’éther, dans les méandres psychotiques d’âmes blessées et perdues (« No Known Note (Part II) », « The First the Last and the First Thing You Need »), The Poison Arrows injecte sa drogue pernicieuse mais motivant chacun de nos neurones avec une patience que l’on a du mal à imaginer improvisée en studio, tandis que c’est bel et bien le contraire qui s’est produit lors du processus d’écriture. En effet, comment ne pas admirer les déchirements guitaristiques plaintifs du vibrant « Wedding » ou le feu d’artifice tournant à l’incendie qu’est le formidable et brutal « Derailmentship » ? Sève brûlante de nos jouissances nocturnes, de nos interdits et de nos pulsions, l’opus nous guide et nous étrangle pour mieux nous amener à l’extase ultime.

Il est évident que la voix possédée de Justin Sinkovich, plus parlée que chantée, va en déstabiliser plus d’un ; car on aura peu souvent entendu les cauchemars prendre vie au creux d’un verbe aussi cru et urgent, de tels mantras obsédants et compulsifs. Élément vital de ce troublant « No Known Note », le timbre du musicien est le moteur d’un engin aimant rouler à tombeau ouvert, au milieu d’éléments déchaînés, sans respecter les limites de vitesse ni les consignes de sécurité. De l’ivresse à la folie, il n’y a qu’un pas que The Poison Arrows pourrait aisément franchir, s’il ne faisait pas preuve d’un talent tellement admirable dans l’insinuation, au fond de nos cerveaux, d’ambiances poisseuses, putrides et pourtant diablement fascinantes. À ne pas mettre entre toutes les mains ; mais qui ne risque rien n’a rien !

« No Known Note » de The Poison Arrows est disponible depuis le 28 avril 2017 chez File 13 Records.


Retrouvez The Poison Arrows sur :
Site officielFacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami