[Clip] The New Mourning – The Touch

Un plan fixe, nocturne, éloignant les êtres qui s’y côtoient sans jamais se croiser ou se parler. Le summum de la solitude porté par « The Touch » a quelque chose de confondant et de magnifique, dès lors qu’il nous positionne face à nos propres peurs et à notre égocentrisme ; à tel point que l’on veut transcender l’obscurité et la transpercer par nos présences individuelles enfin regroupées en une seule et même entité.

Quelqu’un regarde, dans le noir, ce qui se passe en face. Seule source d’éclairage : le spot d’un couloir vide, dont la blancheur immaculée sera le théâtre de l’isolement de chacun. Tandis que les sonorités de guitare lascives et lentes du titre de The New Mourning se font entendre, on demeure alerte, attendant un signe, un geste, un clin d’œil que l’on ne distinguera pourtant jamais. Nous sommes conviés au triste spectacle de l’individualité, du manque d’écoute et de compassion. L’empathie cherche ce contact qui donne son nom à la chanson, implore un événement, fortuit ou volontaire. Elle patiente, s’impatiente.

« In the dark of the night, we reach out for the light » ; espérant notre validation, notre compréhension de la liberté qui, finalement, est à portée de main, The New Mourning laisse ces mots en suspens dans la première partie de « The Touch ». Nous les méditons, les analysons, les comprenons. À notre tour d’épier, sans vice ni curiosité malsaine, un possible éveil. L’insomnie jaillit, inévitable, interrogative, au fil du folk rock doux et versatile du musicien. Comme une coutume d’un autre âge, les gestes se répètent. Malgré tout, les sources lumineuses s’amplifient, nous appellent tandis que les mélodies et arrangements ont pris le pouvoir sur la voix, sur les demandes non exaucées. Sublime progression instrumentale donnant toujours plus de valeur à une image qui se voudrait fixe mais qui, cependant, n’a jamais été aussi mouvante. Les caractères ne se répondront jamais, la répétition se produira. Mais il demeure une évolution, infime ; il suffit d’entrevoir pour voir, et vivre.


Retrouvez The New Mourning :
FacebookInstagram

Partager cet article avec un ami